Ecoutez Radio Sputnik
    Missiles nord-coréens

    Corée du Nord: l'armée perfectionne ses missiles balistiques (journal)

    © Sputnik .
    Défense
    URL courte
    0 62

    Des spécialistes nord-coréens ont réussi à réduire le temps de préparation au tir des missiles balistiques en améliorant la qualité du combustible, annonce mardi le journal Chosun Ilbo se référant à une source au sein du gouvernement sud-coréen.

    Des spécialistes nord-coréens ont réussi à réduire le temps de préparation au tir des missiles balistiques en améliorant la qualité du combustible, annonce mardi le journal Chosun Ilbo se référant à une source au sein du gouvernement sud-coréen.

    "Auparavant, il était possible de prévoir à l'avance un tir de missiles balistiques nord-coréens, car le combustible liquide devait être  pompé très peu de temps avant le tir. Toutefois, les données de renseignement, recueillies l'année dernière, ont prouvé que les missiles nord-coréens peuvent être maintenus prêts au tir pendant une longue durée, même après avoir fait le plein de combustible liquide, car sa qualité a été améliorée", indique la source cité par le journal.

    La source a précisé que si auparavant, les missiles devaient être tirés trois heures au maximum après avoir fait le plein de carburant, actuellement, ils peuvent être maintenus en état d'alerte pendant plusieurs années.

    Ceci prive les services de renseignement sud-coréens et américains de la possibilité de détecter les travaux de préparation au tir à l'aide de satellites ou de drones. Pour cette raison, plusieurs experts ont été incapables de prédire les tirs de missiles de classe Scud et Nodong l'année dernière.

    Lire aussi:

    Deux CRS retrouvés morts en France en quelques heures
    Un avion militaire libyen armé de missiles air-sol viole l’espace aérien tunisien et atterrit en urgence – images
    «Je ne veux pas tuer 10 millions de personnes»: Trump dit qu'il pourrait gagner la guerre en Afghanistan en une semaine
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik