Ecoutez Radio Sputnik
    La Chine menacée d'une nouvelle vague de terrorisme

    La Chine menacée d'une nouvelle vague de terrorisme

    © Photo: Fotolia/Oleg_Zabielin
    Défense
    URL courte
    0 02

    La Chine est très probablement menacée d'une nouvelle vague de terrorisme. Celle-ci peut être soulevée par des combattants du Xinjiang revenus en Chine après avoir participé au djihad en Afghanistan, en Irak, au Pakistan et en Syrie. Cela ressort des commentaires des experts relatifs aux tentatives toujours plus fréquentes des Ouïghours pour se joindre aux groupes islamistes à l'étranger. Le 19 janvier, au cours d'une opération de 48 heures, les autorités chinoises ont déjoué les projets d'un groupe de combattants ouïghours fuyant la justice pour partir de la Chine dans ce but.

    Le 18 janvier au soir, un groupe de combattants ouïghours a tenté de franchir la frontière vietnamienne près de la ville de Pingxiang dans la région du Guangxi. Deux hommes ont été tués par les gardes-frontières, deux autres ont été arrêtés et un cinquième a pris la fuite. Le lendemain il a été arrêté par la police avec le concours actif de la population.

    La semaine dernière un groupe criminel a été démantelé à Shanghai. Ces membres ont tenté d'aider des terroristes du Xinjiang à franchir la frontière avec des faux papiers turcs en vue de se rallier au mouvement Etat islamique sur le territoire de Syrie, d'Irak et du Pakistan. Les experts n'excluent pas l'existence en Chine d'un réseau clandestin qui enrôle des mercenaires pour l'Etat islamique dans des pays d'Asie centrale et du Sud, ainsi qu'en Europe occidentale. Il y a déjà des exemples quand des combattants reviennent chez eux aguerris et endoctrinés par l'idéologie du djihad à l'étranger. L'expert de l'Institut de l'Extrême-Orient Iakov Berger estime que la Chine pourrait être bientôt confrontée à ce problème :

    « Cela peut avoir lieu, parce que le terrorisme est un problème international et non pas un phénomène d'un pays concret. Il est bien notoire que depuis la Chine du nord-ouest, du Xinjiang, des combattants pénètrent d'abord en Asie du Sud-Est d'où ils partent pour le Proche-Orient. Le phénomène n'est peut-être pas très répandu, mais c'est un fait. Ce fait est constaté, par conséquent il faut des efforts conjoints des organes antiterroristes de nombreux pays pour empêcher leur retour en Chine. La menace ira croissant si cela n'est pas fait ».

    Tout indique que la Chine réalise cette nouvelle menace à sa sécurité et sa stabilité sociale et prend des mesures préventives, estime le directeur du Centre d'études socio-politiques Vladimir Evseev :

    « La Chine est à bien des égards mieux préparée à cette menace que de nombreux autres pays, notamment européens. Cependant la Chine sera également obligée de prendre des mesures pour éviter le renforcement du terrorisme par les combattants aguerris à l'étranger. Je pense qu'elle va intensifier son activité sur l'axe afghan. Jusqu'à ces derniers temps la Chine préférait ne pas s'ingérer dans la lutte sur le territoire de l'Afghanistan. Mais elle sera désormais plus énergique, au premier chef au Pakistan, pour influer sur l'Afghanistan. Elle sera également plus énergique à l'intérieur de l'Afghanistan. Cela veut dire les activités plus intenses de la Chine sur l'axe afghan viseront, apparemment, à bloquer ces principaux canaux transfrontaliers de déplacement des combattants ».

    Vladimir Evseev trouve que les dirigeants chinois renforceront les mesures préventives armées pour faire face à une nouvelle vague de terrorisme en lien avec l'Etat islamique sur leur territoire. Quant à Iakov Berger, il attire l'attention sur le travail plus actif que les autorités mènent parmi la population musulmane :

    « En Chine la politique des nationalités n'a pas toujours été cohérente et a provoqué des réactions négatives des larges couches de la population musulmane. A mon avis, les autorités s'efforcent actuellement de corriger les erreurs de leur politique religieuse et de nationalités. Cela est fait face à une menace réelle de terrorisme. Mais je ne peux pas dire que cette politique s'est déjà soldée par un succès total ».

    La Chine table également sur le renforcement du potentiel antiterroriste de l'Organisation de coopération de Shanghai. Ce n'est pas un hasard si elle soutient activement l'idée de son élargissement grâce à l'adhésion du Pakistan et de l'Inde en tant que nouveaux membres.

    Lire aussi:

    L'Iran a «confisqué» un pétrolier britannique, des Russes sont à bord - images
    L’Iran «paiera un prix que personne n’a jamais payé» s’il attaque les USA, promet Trump
    L'Iran publie une vidéo pour contrer les preuves que les USA prétendent avoir quant à la destruction d'un drone
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik