Ecoutez Radio Sputnik
    Fusée Ariane

    L'UE renoncera aux lanceurs russes Soyouz en 2016

    © Photo. ESA–S. Corvaja
    Défense
    URL courte
    1640
    S'abonner

    L'Union européenne compte renoncer aux fusées russes au profit des lanceurs Ariane.

    Dès 2016, l'Union européenne utilisera des fusées Ariane au lieu des Soyouz russes pour lancer les satellites Galileo, a annoncé mardi la commissaire européenne au Marché intérieur Elzbieta Bienkowska.

    Un lanceur Ariane-5
    © Sputnik . Igor Zarembo
    "Nous nous attendons à ce que les Ariane soient prêtes pour de nouveaux lancements, mais cela ne se produira qu'au début de l'année 2016. Pour atteindre notre objectif visant à lancer 30 satellites d'ici 2020, il faut prendre une décision. Nous devons soit continuer à utiliser les lanceurs Soyouz, soit attendre encore un an", a déclaré Mme Bienkowska lors d'une conférence de presse à Bruxelles.

    "Nous avons décidé d'utiliser les fusées Soyouz, mais nous allons passer aux lanceurs Ariane fin 2015 ou début 2016", a fait savoir la commissaire.

    Le weekend dernier, un lanceur russe Soyouz-ST tiré depuis le site spatial de Kourou, en Guyane française, a placé en orbite deux satellites de navigation européens Galileo FOC M2.

    La constellation Galileo comptera, d'ici à 2020, trente satellites, soit six appareils de plus que le GPS. Les concepteurs du projet Galileo affirment qu'il assurera une plus grande précision que le GPS américain et permettra de garantir l'indépendance de l'Europe vis-à-vis du GPS, du GLONASS russe ou du Beidou/Compass chinois.

    Lire aussi:

    Le tir d'une fusée Ariane-5 depuis Kourou reporté (Arianespace)
    La Russie livrera 13 fusées Soyouz à Arianespace
    Un lanceur russe Soyouz-2.1b place en orbite le satellite Resurs-P2
    Kourou: tir d'un Soyouz russe avec quatre satellites européens
    Tags:
    Centre spatial guyanais à Kourou, Galileo, Soyouz (fusée), Ariane (fusée), Union européenne (UE), Elzbieta Bienkowska
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik