Défense
URL courte
25159
S'abonner

Les Etats-Unis considèrent la présence éventuelle de sous-marins russes dans l'Atlantique comme un "danger immédiat et à long terme".

La marine américaine est en train de travailler sur un nouveau système de senseurs submersibles capables de détecter les sous-marins russes, dont la présence éventuelle dans l'Atlantique est considérée par Washington comme un "risque immédiat et à long terme", rapporte l'agence Bloomberg

Les sous-marins russes les plus redoutables
© Photo. Press-service of JSC "PO "Sevmas"
Selon le budget du Pentagone, le prototype de "système de repérage sous-marin" destiné à conter les menaces grandissantes dans le monde sera prêt d'ici le milieu 2016. Par ailleurs, les Etats-Unis entendent déployer dans l'Atlantique un système de surveillance sophistiqué, conçu et réalisé par Lockheed Martin. Un système analogue remorqué est d'ores et déjà utilisé dans le Pacifique.

Dans le budget américain de la défense, ces deux systèmes sont classés sous la rubrique: "nécessité opérationnelle urgente". Le Pentagone demande 56,5 millions de dollars pour le lancement de ces projets. 

Selon Bryan Clark, analyste du Centre d'expertise stratégique et budgétaire (Center for Strategic and Budgetary Assessments), de tels systèmes de repérage seraient les efficaces dans des points géographiques importants, tels que le détroit de Gibraltar ou un tronçon de l'Atlantique entre le Groenland et l'Islande. 

Bloomberg rappelle que ces demandes de l'US Navy ont été soumises à l'examen du Congrès trois mois après l'approbation par le président russe Vladimir Poutine de la nouvelle version de la Doctrine maritime de la Russie.

Lire aussi:

Sous-marins de nouvelle génération: USA et Russie à 12 contre 1
The National Interest: la liste des sous-marins russes les plus efficaces
Les USA cherchent une parade à la furtivité des sous-marins russes et chinois
La Turquie accuse la France de se comporter «comme un caïd» en Méditerranée
Tags:
sous-marins, Congrès des États-Unis, Pentagone, Bryan Clark, Russie, États-Unis
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook