Ecoutez Radio Sputnik
    La Marine russe frappe l'Etat islamique depuis la mer Caspienne

    Missile de croisière russe Kalibr, objet d'une profonde préoccupation US

    © Photo. Youtube / Russian Defense Ministry
    Défense
    URL courte
    Frappes aériennes russes contre les terroristes en Syrie (418)
    9433331898

    En plus des frappes ciblées contre les sites des djihadistes de l'Etat islamique en Syrie, la Russie tire des missiles de croisière depuis la mer Caspienne, toute l'opération se réalisant en coopération avec les troupes syriennes.

    La milice kurde Peshmerga a publié sur le net une vidéo montrant des missiles de croisière volant vers les positions de l'Etat islamique (EI) en Syrie, supposant qu'il s'agissait d'engins russes tirés mercredi 7 octobre depuis la mer Caspienne, ce qui ne manque pas de préoccuper les militaires américains. 

    "Les missiles de croisière sont très efficaces et difficiles à intercepter, ce qui constitue un immense défi", a déclaré devant le Conseil atlantique à Washington l'amiral William Gortney, chef du Commandement de la défense aérospatiale de l'Amérique du Nord (NORAD). 

    Et d'expliquer que de tels missiles permettraient à la Russie de détruire des sites aux Etats-Unis sans quitter le territoire russe. 

    "L'aviation stratégique russe et les missiles de croisière russes tirés depuis les sous-marins et les bâtiments de surface constituent un sérieux défi pour nous (…) S'il s'agissait auparavant de faire face à l'aviation stratégique russe dans notre espace aérien (…), la Russie a désormais une autre doctrine (…) et possède des missiles de longue portée extrêmement précis, ainsi qu'une aviation stratégique capable d'utiliser des obus conventionnels et des ogives nucléaires contre des sites au Canada et aux Etats-Unis (…) Cela nous oblige à attraper des flèches au lieu d'essayer de toucher l'archer", a indiqué l'amiral Gortney. 

    Selon l'amiral américain, les Forces armées russes dépassent de loin qualitativement celles de l'Union soviétique basées sur la quantité. 

    Le ministère russe de la Défense a publié mercredi la première utilisation en combat de ses missiles de croisière Kalibr, concurrents des Tomahawk américains. Il s'agit notamment de 26 missiles de croisière embarqués Kalibr tirés à une distance de 1.500 kilomètres depuis quatre navires de la Flottille russe de la mer Caspienne et ayant détruit 11 cibles. 

    Ces missiles ont notamment frappé des usines de production d'obus et d'explosifs, des postes de commandements, des dépôts de munitions, de combustible et d'armes, ainsi que des camps d'entraînement des terroristes.

    Le missile de croisière à haute précision Kalibr-NK est destiné aux navires de surface. Il a une portée d'au moins 2.600 km pour les cibles terrestres et de 350 km pour les cibles navales. La famille des missiles Kalibr (code Otan: SS-N-27 Sizzler) comprend en outre une version pour sous-marins, Kalibr-PL. Ces missiles équipent notamment le sous-marin nucléaire K-560 Severodvinsk (projet 885 Iassen).

    Les forces aériennes russes effectuent, depuis le 30 septembre, des frappes ciblées contre les sites de l'EI en Syrie à la demande du président Bachar el-Assad. Le groupe aérien comprend une cinquantaine d'avions dont des Su-24M, des Su-25 et des nouveaux Su-34 polyvalents. Les avions et les navires de guerre russes attaquent les terroristes en coopération avec les troupes syriennes. 

    Au total, depuis le début de l'opération aérienne, les Forces aérospatiales russes ont effectué 112 frappes contre les positions de l'EI en Syrie. 

    Dossier:
    Frappes aériennes russes contre les terroristes en Syrie (418)

    Lire aussi:

    Syrie: l'aviation russe assure une précision de frappes de 5 mètres
    Frappes russes: les terroristes de l'EI se cachent dans des mosquées
    Syrie: l'aviation russe "sûre à 100%" de la précision de ses frappes
    Tags:
    frappe aérienne, tirs, Kalibr, NORAD, Etat islamique, William Gortney, Syrie, États-Unis, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik