Défense
URL courte
42336
S'abonner

Conçu pour protéger les bombardiers en vol contre des dangers potentiels, le Su-30SM est également en mesure d'effectuer des frappes ciblées sur les ouvrages des terroristes en Syrie.

Depuis le début de son opération dans ce pays arabe, l'aviation russe a réalisé plus de 100 frappes sur les positions des terroristes. Les raids sont menés par différents types d'appareils: des avions d'attaque au sol Su-25, des bombardiers tactiques Su-24M et Su-34 et des chasseurs Su-30SM. Ces derniers protègent les bombardiers lors des missions aériennes.

Déployés sur la base aérienne de Lattaquié, les bombardiers russes sont protégés au sol par des patrouilles héliportées. Mais qui assure leur protection en vol? A cet effet, on fait appel aux chasseurs multirôles Sukhoï Su-30SM.

Avion de génération 4++, le Su-30SM figure parmi les appareils les plus performants des forces aérospatiales russes. Il est capable de fournir un appui aérien rapproché et de frapper avec une grande précision des cibles aériennes, terrestres et navales.

Le Su-30SM possède une manœuvrabilité à toute épreuve qui le rend capable d'effectuer des figures d'acrobatie aérienne, y compris de réduire subitement sa vitesse pour rester "suspendu" dans l'air. Selon un pilote, tous les chasseurs étrangers ne sont pas en mesure de réaliser une telle performance, mais pour le Su-30SM, c'est une manœuvre banale.

Cette capacité est nécessaire au chasseur pour imposer sa supériorité aérienne. Conçu pour protéger les bombardiers en vol contre les dangers potentiels, le Su-30SM est également en mesure d'effectuer des frappes ciblées sur les ouvrages des terroristes en Syrie.

Lire aussi:

Russie: 21 chasseurs Su-30SM livrés à l'armée en 2014
Premiers vols des chasseurs russes Su-30SM dans la région de Transbaïkalie
La Russie contrarie les plans américains en Syrie
Un garçon de 12 ans laisse son chiot sur le seuil d'un refuge avec une note déchirante - photos
Tags:
protection, frappe aérienne, Su-30SM, Su-34, Lattaquié, Syrie, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook