Défense
URL courte
251067
S'abonner

A l'occasion d'exercices militaires d'envergure, l'Iran a révélé un nouveau type d'armements, un robot-kamikaze, a rapporté mardi la chaîne de télévision Press TV.

Mardi, l'armée iranienne a commencé sa seconde journée d'exercices militaires, baptisée Muharram, à l'ouest et au nord-ouest du pays. Cette année, l'événement a été marqué par une démonstration d'un robot-kamikaze légendaire et longuement attendu.

"Dans le cadre des exercices militaires Muharram, les forces aériennes (iraniennes, ndlr) ont mis en jeu des robots-kamikaze pour la première fois dans le domaine de la défense terrestre", a déclaré le brigadier-général des Gardiens de la révolution islamique (GRI) Ahmad-Reza Pourdastan.

Les exercices militaires à l'ouest et au nord-ouest du pays ont débuté hier, et aujourd'hui, les forces armées terrestres et aériennes les ont rejointes. Cette seconde journée, des exemplaires de la technique de défense aérienne, dont des radars et des missiles, y ont également participé.

Par ailleurs, les forces armées ont mutualisé leurs efforts et réussi à détecter et identifier des cibles en plein vol à l'aide du système de contrôle Fakour.

Les camions avec des missiles iraniens
© AFP 2020 Atta Kenare

Une autre conception de technique antimissile iranienne a attiré l'attention, à savoir le radar Fat'h 14, qui peut couvrir quelques 600 kilomètres et détecter de petits cibles en altitude, ainsi que des engins guidés antichar et des drones.

Commentant le potentiel iranien de défense qui se développe rapidement, M. Pourdastan, cité par la chaîne Press TV, a expliqué que l'Iran se trouvait actuellement face à de multiples menaces et devait ainsi accroître son arsenal pour pouvoir réagir.

Lire aussi:

Iran: le missile Emad passe le test
Le président iranien accuse les Etats-Unis de terrorisme
Ces bonnes habitudes à prendre pour perdre du poids, selon une nutritionniste
Tags:
missiles, défense antiaérienne, exercices militaires, drone, Iran
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook