Défense
URL courte
46446
S'abonner

Le contrat du Pentagone pour la construction du prochain bombardier à long rayon d'action, dont le montant n’a pas encore été dévoilé, a été décroché, mardi, par le groupe de défense américain Northrop Grumman.

Un consortium alliant Boeing et Lockheed Martin était également sur les rangs pour construire le nouveau bombardier.

Plus tôt dans la presse, ce contrat a été estimé à plus de 40 à 80 milliards de dollars, mais le ministre américain de la Défense n’a pas confirmé cette somme. Cependant, selon Bill LaPlante, secrétaire adjoint à la Défense chargé de l'aviation, le contrat annoncé, qui porte sur un premier lot de 21 appareils, s'élèverait à 21,4 milliards de dollars.

Northrop Grumman a déjà construit un B-2 pour l’aviation américaine, un modèle qui est en service depuis le début des années 1990. La silhouette du futur bombardier rappellerait celle d'une aile volante, comme le B-2.

"La construction de ce bombardier est un investissement stratégique pour 50 ans", a souligné le secrétaire à la Défense Ashton Carter. "Il démontre notre détermination envers nos alliés comme face à nos adversaires potentiels et signifie très clairement que les Etats-Unis entendent conserver la capacité de projeter leur puissance sur tout le globe", a-t-il ajouté.

Le futur bombardier, surnommé Long Range Strike Bomber (LRSB) ou B-3, a vocation à remplacer la flotte vieillissante de B-52, vestige de la Guerre froide très utilisé lors de la guerre du Vietnam et dont la moyenne d’âge est de 51 ans, ainsi que la flotte de B-1 entrée en service dans les années 1980.

Lire aussi:

Le Pentagone veut intensifier la campagne aérienne anti-EI
Chef du Pentagone: la Russie ne fait qu'épauler le pouvoir syrien en place
Pentagone: la lutte contre l’EI dans une impasse en Irak
Le Pentagone se paie un pardon symbolique à Kunduz
Pentagone: l'armée US tirera des leçons de la tragédie de Kunduz
Pentagone: pas de concertation sur l'EI avec Moscou, vu son soutien à Assad
Tags:
B-1 Lancer, B-2 Spirit, B-52, Northrop Grumman, Pentagone, États-Unis
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook