Ecoutez Radio Sputnik
    guerre de l’information

    "La Russie fait face à une guerre de l’information"

    Pixabay
    Défense
    URL courte
    531066

    Les pays occidentaux mènent une guerre de l’information contre la Russie, a déclaré mardi Sergueï Tchvarkov, chef adjoint de l’Académie russe de l’État-major général.

    De ce fait, la Russie considère l'utilisation de technologies de l'information et de la communication à des fins militaires et politiques, notamment en vue d'actions contraires au droit international et représentant une menace à la souveraineté du pays, à son indépendance politique ainsi qu'à son unité territoriale, comme un danger militaire extérieur.

    M. Tchvarkov a souligné que "l'influence informationnelle exercée sur la population du pays et notamment sur les jeunes citoyens russes vise à ruiner les traditions historiques, spirituelles et patriotiques liées à la défense de la patrie."

    Plus tôt, Sergueï Makarov, chef de l'Académie russe de l'État-major général, affirmait que "l'expérience que les États-Unis ont acquise lors de l'opération informatique menée en Afghanistan a connu un développement ultérieur en Irak, en Libye et en Syrie".

    En octobre 2015, le président russe Vladimir Poutine a indiqué que la Russie faisait face à une guerre de l'information et a qualifié les déclarations selon lesquelles les raids aériens russes en Syrie avaient fait des morts parmi les civils d'"attaques informationnelles". Le président russe a fait remarquer que les informations sur les civils tués en Syrie avaient été publiées avant même le début des frappes de l'aviation russe dans ce pays.

    Lire aussi:

    Washington s’inquiète: "Nous perdons la guerre médiatique contre Moscou"
    Offensive médiatique contre l’intervention russe en Syrie
    Les Américains forment les Finlandais à la guerre de l'information
    La Russie adopte une nouvelle stratégie de sécurité nationale
    Tags:
    informations, sécurité, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik