Défense
URL courte
25333
S'abonner

La domination militaire des Etats-Unis n'est plus si évidente et le Pentagone recherche de nouveaux moyens de rétablir le statu quo.

Le Pentagone compte utiliser des essaims de drones imprimés en 3D contre les armées chinoise et russe, rapporte le magazine américain National Interest.

"Les micro-drones seront vraiment rapides", pourront voler contre le vent et atteindront la vitesse du son, a récemment déclaré le ministre américain de la Défense, Ashton Carter, lors d'une réunion du Club économique de Washington.

Selon lui, un chasseur volant à Mach 0,9 peut larguer ces drones. On peut également confier cette mission à "un soldat qui se trouve au milieu du désert irakien".

"Les essaims de petits robots bon marché peuvent saturer la défense des forces armées ennemies. Ils peuvent opérer ensemble à une vitesse supérieure à celle des systèmes contrôlés par l'homme", a noté Paul Scharre, directeur d'étude du Center for a New American Security (CNAS), cité par le magazine.

D'ailleurs, même la rédaction du National Interest se montre sceptique à l'égard de ces idées du Pentagone. 

Selon le magazine, "le secteur militaire américain traverse une période de crise" et la supériorité militaire américaine n'est plus si évidente. Les technologies de pointe que l'armée US était la seule à posséder sont déjà disponibles dans d'autres pays et l'augmentation des dépenses ne permet pas de redorer le blason des Etats-Unis.

Les médias rapportent souvent que Washington a élaboré une "super-arme" qui placera les militaires américains dans une position avantageuse. Mais il s’agirait d'un nouveau prototype très onéreux dont l'efficacité reste à prouver.

Lire aussi:

Le Pentagone veut doter ses drones de canons laser anti-missiles
Oubliez les drones. Un Américain a fixé une caméra à son boomerang
Les drones américains comme instrument de recrutement de Daech
Une deuxième vague de Covid-19, «c’est presque certain», affirme un infectiologue japonais
Tags:
drone, Center for a New American Security (CNAS), Paul Scharre, Ashton Carter, Chine, États-Unis, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook