Ecoutez Radio Sputnik
    William McNeilly

    Programme Trident: le britannique McNeilly rompt le silence

    © Photo. Collage
    Défense
    URL courte
    2472

    Le sous-marinier britannique William McNeilly qui avait déjà dénoncé de manière fracassante les échecs du système d’armes nucléaires britannique Trident, a encore une fois rompu le silence alors que le Parlement doit tabler sur le renouvellement de ce système vieillissant sur fond et de manifestations anti-nucléaires à Londres.

    En mai 2015, le sous-marinier britannique William McNeilly, âgé de 26 ans, avait dévoilé dans un rapport 30 failles de sécurité qu'il avait remarquées lors de son service militaire de trois mois à bord d'un des sous-marins de classe Vanguard basé à Falsane et doté de missiles Trident.

    "Je n'ai pas fait mon rapport dans le but de discréditer la Royal Navy"

    Ayant échappé de justesse à la prison, M.McNeilly a été contraint de quitter les forces navales britanniques et de revenir dans sa ville natale de Belfast. A l'heure actuelle, il espère influencer la discussion sur l'avenir du système des armes nucléaires Trident au Royaume-Uni et inciter le gouvernement à ne pas renouveler le programme.

    "Je n'ai pas fait mon rapport dans le but de discréditer la couronne", a déclaré M.McNeilly dans un entretien à RT. "Je n'ai pas fait mon rapport afin de discréditer la Royal Navy. J'ai fait ce rapport parce que la sécurité (dans la base de Falsane — ndlr) n'était pas prise au sérieux. Cela représente un danger pour les personnes et un danger pour la base", a-t-il souligné.

    "Ils utilisaient le compartiment pour les missiles comme salle de sport"

    Selon le rapport du sous-marinier publié par le quotidien britannique le Guardian durant l'été 2015, le compartiment pour les missiles a été utilisé comme salle de sport, l'eau de mer pouvait pénétrer le compartiment du système hydraulique et celui des torpilles.

    D'après le rapport, des informations top secret restaient non protégées et les contrôles lors de l'accès à bord du sous-marin n'étaient pas réguliers. Pire, les examens de sécurité nucléaire étaient parfois falsifiés.

    "On contrôle vos bagages à l'aéroport. On ne contrôle pas vos bagages à Falsane. Les sacs ou caisses que vous emportez à bord, ils ne les contrôlent pas. Ils disent que cela prend trop de temps", a raconté M. McNeilly.

    "Si on faisait la liste de toutes les entorses (à la sécurité sur la base de Falsane — ndlr), elle serait énorme. On pourrait écrire des livres entiers sur ce sujet", a-t-il avoué.

    Le système Trident est obsolète

    Selon le sous-marinier, les autorités "ne gardent le système Trident que pour une seule raison, celle du maintien du potentiel dissuasif".

    "Mais est-ce qu'il a dissuadé quelqu'un lors des dernières guerres? L'Afghanistan? Est-ce qu'il a dissuadé les gens qui se sont radicalisés en Afghanistan? Non. Ce programme ne sert à rien sauf à servir de cible pour ceux qui se sont radicalisés en Afghanistan. Pour eux, ce n'est pas dissuasif, au contraire, c'est une attraction", a-t-il martelé.

    "On lit dans des journaux que mon portable regorge de dossiers du top secret, que j'étais en fuite, que j'apprenais le russe. Ils veulent que j'aie l'air d'un traitre et non de quelqu'un qui a diffusé un document crédible qui ne contient pas d'informations top secret. Ce qu'il contient ne concerne que des questions de sécurité. Cela prouve que mon but est de pointer du doigt des failles dans la sécurité, je cherche justement à faire en sorte que les informations top secret le restent.", a-t-il souligné.

    "Ils disent que je suis fou. Ne les écoutez pas. Si je suis fou, alors ils ont permis à un fou, un Russe, un Ecossais, un espion, de monter à bord d'un sous-marin nucléaire et ils lui ont fourni un accès à des informations secrètes", constate M. McNeilly.

    Alors que les parlementaires britanniques discutent du renouvellement du programme Trident, le sous-marinier souligne que ce programme est obsolète depuis la fin de la guerre froide et que son maintien coûte cher et est nuisible à l'environnement.

    "Nous n'en avons pas eu besoin (des sous-marins nucléaires du programme Trident, ndlr) lors des guerres que nous avons faites. Peut-être que nous en avions besoin lors de la guerre froide, ils ont eu le mérite d'exister à cette époque, et nous pouvons leur en être reconnaissants. Mais ils ont fait leur temps. C'est un nouveau monde, une nouvelle époque, il faut que les parlementaires se réveillent et mettent en place un nouveau système".

    Le projet Trident comprend aujourd'hui quatre submersibles nucléaires capables de porter des charges nucléaires et thermonucléaires. Le programme de création d'un sous-marin nucléaire de nouvelle génération destiné à remplacer les SNLE Vanguard est sur la table depuis plusieurs années. Le ministre britannique de la Défense Michael Fallon promet de construire quatre nouveaux sous-marins en cas de victoire du Parti conservateur aux législatives du 7 mai prochain.

    Lire aussi:

    Londres nie vouloir se préparer à une guerre avec la Russie
    En Sicile, la population proteste contre la Trident Juncture-2015 de l'Otan
    Otan: début des exercices Trident Juncture en Estonie
    Grande-Bretagne: les sous-marins, nouvel argument électoral
    Tags:
    Trident II, Vanguard (sous-marin), Trident, William McNeilly, Royaume-Uni
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik