Ecoutez Radio Sputnik
    Le Sea Hunter est destiné à découvrir les sous-mains

    Le Pentagone teste son navire-drone Sea Hunter

    © Flickr/ UK Ministry of Defence
    Défense
    URL courte
    61128

    Lors des tests, un équipage se trouvera à bord du navire. Il sera capable, en cas de problèmes, de prendre les commandes du navire.

    La Marine américaine a commencé à tester son navire sans équipage Sea Hunter (Chasseur de mer), une corvette de 40 mètres de long possédant une autonomie de plusieurs milliers de milles, annonce l'agence Associated Press.

    ​La Defense Advanced Research Projects Agency (DARPA, Agence pour les projets de recherche avancée de défense) testera le navire conjointement avec la Marine américaine pendant deux ans près des côtes californiennes. Durant cette étape, les chercheurs mèneront des tests permettant d'apprécier les capacités de manœuvre dans la zone de navigation.

    Lors des tests, un équipage se trouvera à bord du navire. Il pourra, en cas de problèmes, de prendre les commandes du navire. Pour le moment, le navire n'est pas équipé d'armements, le Pentagone ayant annoncé qu'à l'avenir, ce type de bateaux pourrait servir de cargo.

    En 2014, les militaires américains ont testé des vedettes-drones patrouilleurs. Un navire était accompagné de 13 vedettes-drones qui naviguaient en régime automatique: cinq vedettes assuraient la protection du navire alors que huit ont inspecté un bateau suspect conventionnel. Ce dernier a été encerclé pour permettre au navire principal de passer.

    Le Sea Hunter est destiné à la recherche et la destruction de sous-marins. Doté d'un moteur diesel, il est capable de se déplacer à une vitesse de 27 nœuds. Le prix du Sea Hunter est de 20 millions de dollars.

    Lire aussi:

    Des robots protégeront le Pentagone... contre les petits hommes verts!
    Le Pentagone envisage de créer une arme laser antimissile
    Para bellum: un ultimatum de Washington à l’Iran révélé
    Tags:
    tests, Sea Hunter, DARPA, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik