Ecoutez Radio Sputnik
    Un drone russe

    La Russie a testé ses drones marchant à l'hydrogène en Syrie

    © Sputnik . Alexei Danichev
    Défense
    URL courte
    12734

    La Russie a testé, lors de son opération aérienne en Syrie, de nouveaux drones fonctionnant à l'hydrogène.

    Ces drones peuvent rester dans les airs pendant de plus longues périodes, car l'hydrogène-carburant permet d'augmenter la durée du vol.

    "Les drones utilisés en Syrie — pas tous, mais il y en avait beaucoup — avaient l'hydrogène comme combustible. Ce qui veut dire qu'ils peuvent rester en l'air pendant longtemps, en générant toujours de l'hydrogène et permettant au moteur d'utiliser cette énergie", a déclaré un représentant de l'industrie russe de la défense.

    Après les essais, les drones sont rentrés en Russie, où ils passent actuellement des tests en climat aride et dans une tempête de sable, a-t-il ajouté.

    Tir d'un missile balistique
    © Photo. Courtesy of Northern Fleet press service

    La compagnie aéronautique unifiée russe a annoncé créer des drones fonctionnant à l'hydrogène en août 2015. L'entreprise a déjà élaboré et testé, en été 2015, plusieurs modèles de drones de ce type, dont Ptero-E5, Ciam-80 et Inspector-1.

    Les appareils ont pu rester dans le ciel 40 heures durant, tandis que la ressource d'éléments combustibles a été estimée à environ 5.000 heures. En cela, les réservoirs à combustible sont capables de fonctionner à basse température (-40°). Ainsi, les drones pourront être utilisés dans les conditions de l'Extrême-Nord, signalent les développeurs.

    Lire aussi:

    La Russie lance le développement d'un bombardier stratégique stratosphérique
    Des exercices à grande échelle des Forces des fusées stratégiques se déroulent en Russie
    La Russie déploiera ses systèmes S-400 en Crimée
    Hmm comment me faire plaisir... Et si je m'achetais un char?
    Tags:
    combustible, hydrogène, essais, tests, drone, Syrie, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik