Ecoutez Radio Sputnik
    Alerte aux drones

    Cet «Églantier» pirate les drones ennemis en quelques secondes

    © Flickr / Andy Piper
    Défense
    URL courte
    Nouvelles armes russes (136)
    11600

    Brouiller et aveugler les armes ennemies est la mission clé de la plupart des systèmes de guerre électronique. Mais les ingénieurs russes sont allés plus loin en maîtrisant une technologie qui permet de pirater un drone ennemi en quelques secondes.

    La Russie s'est dotée d'un brouilleur de drone capable de transformer des appareils sans pilote performants en cibles faciles. Cette arme a pris le nom romantique de Chipovnik-AERO (le mot « chipovnik » signifie « églantier » en russe).

    Le Chipovnik-AERO, dont le modèle d'essai a été présenté en 2012, subit déjà des tests au sein des Forces armées russes, a annoncé mercredi un représentant du Consortium unifié russe de construction d'instruments de précision (OPK) cité par les médias russes.

    Monté sur le châssis tous-terrains KAMAZ, le système Chipovnik-AERO est capable de détecter et brouiller les signaux de commande des drones ennemis dans un rayon de 10 km.

    Selon le holding russe de hautes technologies Rostec, le Chipovnik-AERO ne met qu'une seconde pour prendre le contrôle des drones dont les paramètres sont connus. Le piratage d'un drone inconnu prend quelques minutes, ce qui peut être très utile à une époque où le nombre de drones espions et d'attaque ne cesse d'augmenter dans les forces armées de nombreux pays.

    ​Par ailleurs, le système peut brouiller les signaux des postes de commandement, des réseaux de téléphonie mobile, Wifi, WiMAX et DECT.

    Les créateurs du système Chipovnik-AERO envisagent d'élargir son rayon d'action et d'améliorer ses performances avant de lancer sa production en série d'ici quelques années. Ils se préparent ainsi au moment où la plupart des armes et matériels de guerre des grandes puissances mondiales seront robotisées ou automatiques. 

    Chipovnik-AERO n'est pas la première arme russe à porter un nom de fleur. Les militaires russes comptent beaucoup d'armes et matériels aux appellations comiques ou romantiques destinées probablement à troller un éventuel ennemi. Il existe notamment toute une « série de fleurs », dont le canon automoteur SAU 2S1 Gvozdika (Girofle), 2S3 Akatsia (Acacia), l'obusier automoteur 2S4 Tulpan (Tulipe), ainsi que les canons automoteurs à longue portée 2S5 Guiatsint (Jacinthe) et 2S7 Pion (Pivoine) capables de tirer des obus nucléaires. Sentez ce bouquet.

    Dossier:
    Nouvelles armes russes (136)

    Lire aussi:

    L'armée US manque de personnel pour piloter ses drones
    Et si on vous disait qu'en 1898 Tesla a inventé... les drones de combat
    Washington rend public un "manuel" sur ses frappes de drones
    La Russie a testé ses drones marchant à l'hydrogène en Syrie
    Tags:
    drone, guerre électronique, Chipovnik-AERO, Holding russe OPK, Rostec, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik