Défense
URL courte
53553
S'abonner

Le destroyer américain le plus cher et le plus moderne de toute l'histoire de la marine US est tombé en panne avant même le début de sa mission.

Les travaux de construction du destroyer lance-missiles de la marine des États-Unis DDG-1000 Zumvalt ont été lancés en 2010 par la société américaine General Dynamics. Le navire a été mis à l’eau en octobre 2013.

Le destroyer, de 180 mètres de long et 24,6 mètres de large, est conçu en utilisant la technologie furtive et possède un design futuriste. 

Le bâtiment possède 20 lanceurs Mk.41 VLS d’une capacité de 80 missiles, deux canons de 155 mm et deux canons anti-aériens Mk. 110 de 57 mm.

En outre, le DDG-1000 Zumvalt est en mesure d’embarquer un hélicoptère de type Seahawk et trois drones aériens de type Fire Scout.

Le navire, d’un déplacement à pleine charge de 15 610 tonnes, peut atteindre des cibles terrestres situées à 140 kilomètres. Sa vitesse peut dépasser 30 nœuds. Au total, le destroyer a coûté 4,4 milliards de dollars.

US Navy
© AFP 2020 US NAVY/PH3 Joshua Karsten
La mise en service du DDG-1000 Zumvalt était prévue le 15 octobre dans la ville de Baltimore, dans le nord-est des États-Unis. Ensuite, le bâtiment devait mettre le cap sur son port de stationnement permanent à San Diego, en Californie. 

Pourtant, en route vers Baltimore depuis le chantier naval Bath Iron Works dans le Maine (nord-est du pays), le personnel a détecté de l'eau de mer dans le système de lubrification du moteur de l'un des arbres d'hélice du destroyer.

Le navire a été obligé d’interrompre son voyage et s’est immédiatement dirigé à  Norfolk, en Virginie, pour des travaux de réparation qui dureront de 10 à 15 jours.

Lire aussi:

Une deuxième frégate US tombe en panne en un mois
Un destroyer américain fait route vers la mer Noire
Les spectres de navires et sous-marins russes et chinois hantent l'Occident
La Turquie accuse la France de se comporter «comme un caïd» en Méditerranée
Tags:
panne, navires, destroyer, États-Unis
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook