Défense
URL courte
51837
S'abonner

Le ministère ukrainien de la Défense a présenté une liste d’armes létales américaines que Kiev souhaite se procurer.

Si les Etats-Unis prennent la décision de livrer à Kiev des armes létales, l'Ukraine envisage de demander en premier lieu des armes de défense aérienne et antichars, a annoncé le ministère ukrainien de la Défense Stepan Poltorak.

En septembre, la Chambre des représentants (chambre basse du Congrès américain), a approuvé le projet de loi « Sur la stabilité et la démocratie en Ukraine ». Le texte prévoit entre autres le durcissement des sanctions antirusses et la livraison d'armes létales à l'Ukraine.

« Nous allons demander des systèmes de défense antiaérienne et des armes antichars, dont nous avons besoin en premier lieu », a expliqué Stepan Poltorak dans une interview à la télévision ukrainienne.

En même temps, il n'a pas pu faire de prévisions sur les perspectives et les délais d'un éventuel feu vert des Etats-Unis sur cette question.

Washington fournit d'ores et déjà une assistance militaire à Kiev. Pour l'instant, selon les documents officiels, les Etats-Unis ne livrent que des uniformes et des équipements non létaux.

En outre, des instructeurs américains assurent la formation des soldats de la Garde nationale dans l'ouest de l'Ukraine.

Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join ».

Lire aussi:

Dirigeables US en Ukraine: œil du Pentagone ou pur profit?
Onu: 70% des cas de violations des droits de l’homme en Ukraine imputés à la police
Une pétition venue d’Ukraine pour empêcher le divorce des Brangelina
Aux Pays-Bas, l'accord d'association Ukraine-UE ne se sera sans doute pas ratifié
Tags:
armes létales, Stepan Poltorak, Ukraine, États-Unis
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via FacebookCommenter via Sputnik