Défense
URL courte
47601
S'abonner

« La Russie constitue l’une des cinq menaces principales pour les États-Unis », a lancé le général américain Raymond Thomas lors d’une session au Sénat. Le ministère russe de la Défense riposte.

Le porte-parole du ministère russe de la Défense, Igor Konachenkov, a déclaré que les généraux du Pentagone se focalisaient trop sur la guerre froide avec la Russie et n'appréhendaient pas les véritables menaces qui pèsent sur la sécurité.

« La focalisation de certains généraux du Pentagone sur les stéréotypes hérités de la guerre froide et leur incompréhension des menaces réelles qui pèsent sur la sécurité n'ont rien de surprenant. On nous demande souvent en quoi consiste la différence entre les forces spéciales russes et leurs collègues américains. Nous soulignons toujours que les principales qualités des officiers russes sont l'intelligence et la détermination », a-t-il indiqué.

Et d'ajouter: « Il ressort clairement de la déclaration du général Thomas que les prescriptions du Pentagone à cet égard sont différentes, pour ne pas dire plus. (…) C'est probablement pourquoi le Département américain de la Défense cherche à le compenser par une rhétorique antirusse acharnée dans les meilleures traditions de la guerre froide ».

Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join »

Lire aussi:

Hackers, à vos claviers: le Pentagone appelle à pirater l’armée US
Le Pentagone veut tester son missile balistique intercontinental
Pentagone: Damas accusé d'avoir gardé une partie de ses armes chimiques
Les États-Unis vont-ils utiliser la mer Noire comme prochaine zone de conflit contre la Russie?
Tags:
défense, guerre froide, Raymond Thomas, Igor Konachenkov, États-Unis, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook