Défense
URL courte
8672
S'abonner

Selon des sources citées par le journal Kommersant, deux premiers tirs d'essai du missile RS-28 Sarmat capable de percer n'importe quel bouclier antimissile devraient avoir lieu avant la fin de l'année en cours.

Un  lance-missile d'une fusée. Image d'illustration
© Sputnik . Vladimir Fedorenko
Après une série de reports, le nouveau missile balistique intercontinental russe RS-28 Sarmat subira ses premiers tests d'ici la fin de l'année, informe lundi le quotidien Kommersant se référant à des sources proches du ministère de la Défense.

Selon le journal, le premier tir d'essai d'un missile Sarmat doit être réalisé depuis le cosmodrome de Plessetsk, dans la région d'Arkhangelsk (nord). Si ce premier test est couronné de succès, le deuxième essai aura lieu également avant la fin de l'année en cours.

Le quotidien précise que les propulseurs du missile ont été conçus par le groupe Energomash, alors que leur production a été confiée à l'usine Proton-PM.

Auparavant, le commandant des Forces des fusées stratégiques Sergueï Karakaïev avait annoncé que la mise en service de systèmes de missiles Sarmat était attendue pour 2019-2020.

Propulsés par un moteur-fusée à ergols liquides et possédant un dispositif de type mirvage, les missiles RS-281 Sarmat sont destinés à remplacer les R-36M (SS-18 Satan). Selon le vice-ministre russe de la Défense Youri Borissov, le missile Sarmat sera capable de percer n'importe quel bouclier antimissile et constitue ainsi une réponse de Moscou au programme américain Prompt Global Strike.

Lire aussi:

Nouvelle taxe sur les voitures: les automobilistes en sursis?
Vidéo des dernières secondes avant le crash de l’avion de transport militaire An-26
La démission du Premier ministre «est une trahison collective des partis libanais», selon l’entourage de Macron
L’essayiste Soral condamné à payer 134.400 euros à la Licra
Tags:
missiles intercontinentaux, Plessetsk, Prompt Global Strike (PGS), RS-28 Sarmat (missile lourd), Iouri Borissov, Sergueï Karakaïev, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook