Défense
URL courte
6241
S'abonner

Malgré des tests réussis, le drone embarqué X-47B n'équipera pas la Marine US, indique une revue américaine.

La société américaine Northrop Grumman a décidé d'abandonner la mise au point du drone embarqué X-47B, annonce la revue Defense News.

Selon cette dernière, les militaires américains avaient demandé à l'appareil certaines «exigences spécifiques» que la société n'aurait pas pu respecter. Certains experts estiment que l'avionneur craint que le drone puisse s'avérer trop cher et que même sa production en série ne soit pas rentable.

Toutefois, la mise au point de ce drone était couronnée de succès. En 2013 il avait pour la première fois décollé du pont du porte-avions George H.W. Bush. En 2014, l'appareil avait prouvé qu'il pouvait décoller et se poser tout comme les autres avions du porte-avions, et même replier ses ailes pour prendre moins de place.

En plus, en 2015, le drone ayant fait, pour la première fois dans l'histoire, un ravitaillement en vol, les militaires américains ont eu l'idée de s'en servir comme d'une citerne volante. Sur internet avait été publiée une photo du drone auquel était accroché un réservoir supplémentaire de carburant. De tels réservoirs sont d'ordinaire accrochés aux chasseurs F/A-18 Super Hornet. Un réservoir peut contenir jusqu'à 1.800 litres de kérosène et est équipé d'un système de pompage qui permet de ravitailler un autre avion en vol.

Le X-47B ressemble à une aile volante. L'appareil est long de près de 11mètres et l'envergure de ses ailes est approche les 19 mètres. La portée de vol est de 4.000 kilomètres et le drone est capable de porter une charge utile de 2 tonnes.

Lire aussi:

Les chiens d’Abidjan frappés par une épidémie mortelle
«Les gens ne veulent pas travailler»: au Canada, l’aide d’urgence, trappe à l’emploi?
Marine Le Pen réagit aux propos du Président algérien réclamant des excuses pour la colonisation
Tags:
drone, F/A-18 Super Hornet, USS George H.W.Bush, Northrop Grumman
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook