Défense
URL courte
4012818
S'abonner

La Corée du Nord a mené des manœuvres d’évacuation massive partout dans le pays en vue de se préparer à une «guerre éventuelle».

Des exercices d'évacuation massive ont été menés dans certains «villes et villages secondaires et tertiaires» de la Corée du Nord au cours de la dernière semaine, relate le journal britannique The Daily Mail, citant ses propres sources. Au demeurant, la capitale — Pyongyang — n'aurait pas été concernée.

Les manœuvres auraient comprises entre autres des exercices de «blackout» au cours desquels des villes entières se voient privées d'électricité durant la nuit de façon à ne pas éclairer de cibles ennemies éventuelles, a précisé le journal, se référant à NK News.

«Je n'ai jamais entendu parler de ce type de manœuvres en Corée du Nord. Cependant, je ne suis pas étonné. (…) Ils (les autorités nord-coréennes, ndlr) réalisent sans aucun doute à quel point la situation actuelle est grave», a commenté Chun In-bum, ancien officier de l'armée sud-coréenne.

La Corée du Sud et les États-Unis ont entamé lundi des exercices navals d'une durée d'une semaine dans les eaux de la péninsule coréenne, sur fond de maintien des tensions liées au programme balistique et nucléaire de la Corée du Nord.

Environ 40 navires des deux pays, dont le porte-avion américain à propulsion nucléaire USS Ronald Reagan, prendront part jusqu'à vendredi aux exercices conjoints à l'ouest et à l'est de la péninsule, a annoncé lundi le ministère sud-coréen de la Défense.

La Corée du Nord qualifie ces exercices conjoints de «répétitions de guerre».

Lire aussi:

«L'Europe est devenue la chambre à gaz de George Soros», affirme un responsable hongrois
Seul et en civil, un gendarme met en déroute une vingtaine d’individus qui tabassent un jeune
Le médecin de Maradona inculpé pour homicide involontaire
Un policier roué de coups à Paris lors de la manifestation contre la loi Sécurité globale – vidéos
Tags:
défense, Corée du Nord, Corée du Sud, États-Unis
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook