Ecoutez Radio Sputnik
    Soldats vietnamiens

    Les armes américaines réussiront-elles leur come-back au Vietnam?

    © AFP 2017 HOANG DINH Nam
    Défense
    URL courte
    51549192

    En 2016, le déficit commercial des États-Unis avec le Vietnam a atteint 32 milliards de dollars, et pour le réduire, les Américains doivent vendre aux Vietnamiens davantage, notamment des armes, qui figurent parmi les marchandises les plus chères. Sputnik a interrogé des experts sur les perspectives de Washington dans ce domaine.

    Il est peu probable que les États-Unis se mettent à aider le Vietnam à défendre sa souveraineté sur des îles en mer de Chine méridionale. Lors de sa récente visite à Pékin, le Président américain Donald Trump, qui est beaucoup plus préoccupé par les relations commerciales avec la Chine, faisait tout pour plaire à Xi Jinping, a déclaré à Sputnik le politologue russe Vladimir Kolotov.

    «La région s'est engagée dans une longue période d'instabilité, et les États-Unis contribuent à l'élargissement de la zone de cette instabilité pour y augmenter leurs ventes d'armes. Ils ont d'ores et déjà vendu des armes à la Corée du Sud, à Taïwan et au Japon sans d'ailleurs que l'instabilité baisse en Asie de l'Est, la sécurité ne dépendant pas de la quantité d'armes américaines», a indiqué l'interlocuteur de l'agence.

    Et de rappeler qu'en même temps, la Russie combattait efficacement les terroristes de Daech, notamment en Syrie.

    «Ceux qui veulent réprimer la menace terroriste achètent des armes russes. Ceux qui perdent le combat et se livrent à la corruption achètent des armes américaines», a conclu l'expert.

    Le général Le Van Cuong du ministère vietnamien de la Sécurité publique a déclaré à Sputnik qu'il connaissait bien la différence entre les armes américaines et soviétiques, maintenant russes.

    «Notre expérience d'opérations militaires nous a persuadés que les armes américaines étaient inférieures de par leurs performances aux soviétiques et sont en outre beaucoup plus chères», a souligné le spécialiste militaire.

    Et d'ajouter que l'armée vietnamienne était essentiellement équipée en armes soviétiques et russes, et que le Vietnam avait tout le nécessaire pour leur entretien et leur réparation.

    «Il se peut évidemment que dans le cadre de la modernisation en cours de l'armée vietnamienne, un petit lot d'armements américains les plus modernes soit acheté, mais il n'est pas question d'achats massifs. Le Vietnam reste fidèle à l'arme russe qui a fait ses preuves», a résumé le général.

    Selon le célèbre historien et politologue vietnamien Vu Minh Giang, des achats d'armes américaines en grandes quantités ne figurent pas parmi les priorités du Vietnam.

    «Cet armement est très onéreux, et l'économie vietnamienne ne supporterait tout simplement pas une telle course aux armements. Qui plus est, ce n'est pas la meilleure voie à emprunter pour renforcer la sécurité du pays», a-t-il expliqué.

    Le politologue souligne que le Vietnam voit la résolution des problèmes dans la promotion d'une coopération tous azimuts avec les pays de l'Asie-Pacifique, notamment avec la Chine, les États-Unis, la Russie et l'Inde, ainsi que dans des moyens diplomatiques de prévention et de règlement des litiges.

    «Quant à la visite annoncée l'an prochain d'un porte-avions américain dans le port de Cam Ranh qui fait couler beaucoup d'encre, ce n'est qu'une illustration de la nature multiforme des rapports militaires vietnamiens. On sait que ce port, situé dans l'une des meilleures baies du monde, accueille les navires de divers pays, y compris de la Russie et de la Chine. Pourtant, le développement de ces liens ne supprime pas les "trois non" de la politique internationale du Vietnam, dont la non-participation à des alliances contre un pays tiers», a résumé l'interlocuteur de Sputnik.

    Lire aussi:

    National Interest: les USA préparent un «cadeau» à la Chine en 2018
    Mer de Chine méridionale: Pékin signale encore aux USA que leur ingérence est superflue
    La «réanimation» des «Tiger» vietnamiens est possible. Mais à quoi bon?
    Tags:
    navires, port, alliance militaire, politique, économie, course aux armements, armements, armée, Sputnik, Vu Minh Giang, Le Van Cuong, Xi Jinping, Donald Trump, Vladimir Kolotov, Cam Ranh, Inde, Asie-Pacifique, Russie, États-Unis, Vietnam
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik