Ecoutez Radio Sputnik
    La mise à l'eau de la corvette Taïfoun du projet 22800

    Pourquoi les nouvelles corvettes russes sont-elles dangereuses pour les porte-avions?

    © Sputnik. Alexandre Galperin
    Défense
    URL courte
    161112

    La Russie vient de mettre à l’eau une nouvelle corvette lance-missiles du projet Karakurt («veuve noire d’Europe»). Quelles sont donc les avantages de ces petites «araignées» furtives qui, selon l’Otan, présentent une réelle menace pour les grands navires occidentaux?

    Les corvettes furtives lance-missiles du projet 22800 Karakurt, dont une, baptisée Taïfoun («typhon»), a été mise à l’eau vendredi à Saint-Pétersbourg, ont la vitesse d’un destroyer, la taille d’une corvette, la puissance de tir d’un croiseur et la furtivité d’un sous-marin, indiquent les médias russes.

    Les nouveaux navires étaient initialement destinés à protéger la zone côtière. Mais leurs prédécesseurs du projet 21631 Bouïan-M (les corvettes Grad Sviïajsk, Ouglitch et Veliki Oustioug) ont démontré que leur potentiel était plus important. Ils ont détruit des positions de Daech en Syrie par leurs missiles de croisière Kalibr-NK, d’une portée de 2.500 km, depuis le territoire russe.

    Le succès de ces tirs a poussé l’Otan à reconnaître que ces corvettes lance-missiles russes étaient même capables de nuire aux grands bâtiments de guerre.

    Toutefois, les ingénieurs militaires russes ont trouvé plusieurs possibilités d’améliorer les performances de ces navires. Les corvettes polyvalentes du projet Karakurt ont notamment une autonomie de 15 jours, soit 50% de plus que les navires du projet Bouïan-M, ce qui permet de réaliser des missions de longue durée.

    En plus, les coques du Taïfoun et de l’Ouragan, tête de série du projet Karakurt («veuve noire d’Europe») mis à l’eau en juillet dernier, sont fabriquées avec l’emploi de technologies furtives. Ces deux bâtiments, longs de 65 mètres et larges de seulement 10 mètres, constituent des cibles difficiles à suivre même pour les meilleurs missiles antinavires occidentaux.

    Les deux nouvelles corvettes ont une meilleure protection contre les attaques aériennes. Elles sont équipées de canons sol-air AK-630M. La corvette Chtorm («tempête») et d’autres navires du projet, actuellement en chantier, seront armés de la version navale du système antiaérien Pantsir-M capable d’attaquer quatre cibles à la fois. Les canons jumeaux à six tubes GCh-6-30 du Pantsir-M peuvent tirer plus de 10.000 coups par minute et ses missiles 57E6E peuvent abattre des cibles aériennes à une distance de 20 km et des missiles antinavires.

    Mais ce sont surtout les systèmes de lancement de missiles antinavires P-800 Onyx et de missiles universels Kalibr-NK destinés à détruire des cibles terrestres qui constituent le plus grand atout des nouvelles corvettes du projet Karakurt. Les navires Bouïan-M sont armés uniquement de missiles Kalibr.

    En formation navale, les Karakurt sont très efficaces. Trois navires de ce type peuvent tirer 24 missiles de précision Kalibr, avec une ogive de 400 kg chacun, alors qu’un croiseur américain de classe Ticonderoga dispose de 26 missiles de croisière Tomahawk dont la portée est la même que celle des Kalibr. Les navires russes peuvent ainsi rivaliser avec ce bâtiment imposant.

    En plus, un croiseur de classe Ticonderoga coûte un milliard de dollars, une somme qui suffirait pour construire 30 corvettes du projet 22800 Karakurt.

    Les tirs de missiles permettent de localiser le navire, mais les corvettes Karakurt peuvent rapidement quitter leur lieu de tir, à la vitesse de 30 nœuds, avant une riposte.

    Le magazine américain The National Interest avait déjà fait remarquer en 2015 qu’une «corvette munie de huit missiles Kalibr-NK porte une frappe plus massive que celle de la frégate de l’US Navy Oliver Hazard Perry et a une capacité de frappe plus importante que n’importe quel navire côtier américain».

    Les corvettes Taïfoun et Ouragan devraient équiper la Marine russe en 2018. Six autres bâtiments de ce type sont en chantier et 10 autres seront prochainement mis en cale dans cinq chantiers navals russes.

    Au total, la Marine se dotera de 18 corvettes du projet Karakurt d’ici 2025. Chaque flotte russe disposera d’une petite escadre formée de ces navires.

    Lire aussi:

    Russie: la première corvette lance-missiles fabriquée en série mise à l'eau en novembre
    La corvette Ouragan livrée à la Marine russe d'ici à la fin 2017
    La Russie tiendra des exercices navals à tirs réels de missiles Kalibr
    Tags:
    navires, corvette, Chtorm (corvette lance-missiles), classe Ticonderoga, projet 21631 (Bouïan-M), projet 22800 Karakurt (corvettes russes), Ouragan (corvette), Taïfoun (corvette lance-missiles), Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik