Ecoutez Radio Sputnik
    Kim Jong-un

    Les avancées sous-marines de Pyongyang: une autre angoisse pour les USA

    © REUTERS/ KCNA
    Défense
    URL courte
    28553

    Le développement de sous-marins capables de transporter des missiles balistiques en Corée du Nord est «un cauchemar pour la Corée du Sud et le Japon, car les sous-marins ont la possibilité de passer inaperçus des systèmes de défense les plus sophistiqués».

    Selon les spécialistes qui ont étudié les images satellites des chantiers navals nord-coréens, le pays asiatique pourrait préparer un nouveau test: cette fois, non sur un site d'essai terrestre, mais… depuis la mer!

    À l'heure actuelle, il est peu probable que la Corée du Nord ait la capacité de lancer des missiles nucléaires à partir d'un sous-marin. Cependant, les ingénieurs nord-coréens avancent activement dans ce domaine et pourraient atteindre leur but d'ici 2018, estime la chaîne américaine CNBC.

    Si la Corée du Nord peut réellement déployer un missile balistique sur un sous-marin, «cela compliquerait de façon certaine la défense contre les attaques de missiles», selon l'analyste de défense américain Joseph Bermudez, cité par CNBC.

    Le spécialiste ajoute que des images satellites avaient montré qu'une barge d'essai de missiles était en train d'entrer en service dans le chantier naval Nampo de la marine nord-coréenne.

    «Une fois en service, cette barge permettra un régime plus large des tests de missiles balistiques et de potentiellement valider la capacité de la flotte nord-coréenne des missiles mer-sol balistiques stratégiques», a écrit M.Bermudez.

    Selon l'analyste, la barge d'essai est utilisée pour simuler des armes qui pourraient se trouver à l'intérieur d'un sous-marin, car il est considéré comme trop dangereux et coûteux de faire les premiers essais dans un sous-marin réel.

    L'expert note que les Nord-Coréens se rendent compte que l'armée américaine surveille le processus de développement de leurs missiles mer-sol et essaient de le cacher des satellites. Cependant, M.Bermudez a déclaré que les essais à Nampo devraient être considérés comme «un indicateur significatif que Pyongyang avance».

    En 2016, l'armée nord-coréenne a effectué un essai de sa technologie de missiles mer-sol au cours duquel l'un des missiles aurait volé au moins 500 kilomètres, écrit CNBC se référant à Yonhap. Il est possible que Pyongyang construise un sous-marin plus puissant capable de lancer plusieurs missiles en même temps, estime l'expert.

    Bien que la technologie nord-coréenne ne soit pas complètement développée, le scénario actuel peut devenir «un cauchemar pour la Corée du Sud et le Japon, car les sous-marins ont la possibilité de passer inaperçus des systèmes de défense les plus sophistiqués», écrit le média. Par exemple, les missiles nord-coréens peuvent ne pas être détectés par les radars du système Patriot déployé au Japon et du système THAAD installé en Corée du Sud.

    En outre, les analystes n'excluent pas que les sous-marins nord-coréens soient dotés d'une portée capable d'atteindre les côtes des États-Unis.

    «Le plus gros problème auquel les États-Unis sont confrontés, en ce qui concerne les lancements nucléaires nord-coréens, est que vous ne pouvez pas l'arrêter si vous ne savez pas d'où il vient», a déclaré Loren Thompson, conseiller dans l'industrie de défense militaire. «C'est pourquoi les Nord-Coréens construisent des lance-missiles mobiles sur terre et qu'ils essaient de développer la capacité de lancement depuis les mers.»

    Cependant, selon lui, la construction de sous-marins de ce type est un défi d'une immense complexité pour l'industrie militaire de la Corée du Nord.

    Lire aussi:

    La vérité cachée sur la flotte sous-marine nord-coréenne
    Pyongyang assemblerait un nouveau sous-marin porteur de missiles balistiques
    Missile menaçant pour le Japon : Pyongyang menacé d’une riposte militaire
    Tags:
    attaque, missiles, sous-marin nucléaire d'attaque (SNA), défense, Péninsule de Corée, Corée du Nord, Corée du Sud, Japon, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik