Ecoutez Radio Sputnik
    Railgun

    Les États-Unis enterrent l'idée du railgun

    © AP Photo/ U.S. Navy, John F. Williams
    Défense
    URL courte
    10123

    Les Etats-Unis ont décidé de réduire les dépenses destinées à la mise au point du canon électromagnétique, aussi connu sous le nom de railgun (canon à rail), dont la conception durait depuis plus de 10 ans et a demandé 500 millions de dollars au budget.

    Actuellement, le projet de la conception d'un canon électromagnétique est au point mort suite à la réduction des dépenses budgétaires ainsi qu'au changement des priorités de l'armée américaine, annonce la revue National Interest, se référant à ses sources au Congrès américain.

    La revue indique que cette «super-arme» fait jusqu'à présent face à plusieurs problèmes technologiques. Ainsi, pour créer les champs électromagnétiques nécessaires pour donner une accélération à un obus, il faut installer une «ferme» énergétique, soit une base de condensateurs. Or, la plupart des navires américains ne sont pas capables de générer une énergie suffisante pour faire fonctionner le canon électromagnétique.

    La revue souligne que les armes conventionnelles continuent de constituer la variante la moins onéreuse pour l'armée américaine.

    La Marine américaine a commencé de mettre au point le canon électromagnétique en 2002. Jusqu'à aujourd'hui, le projet a déjà demandé plus de 500 millions de dollars. Selon des experts, chaque canon devrait consommer près de 20 MW d'électricité, or la Marine américaine n'a que 14 navires capables d'être équipés de cette arme: il s'agit de ses 11 porte-avions et de trois destroyers de classe Zumwalt.

    Lire aussi:

    Les dépenses «pharaoniques» du super-destroyer sont au-dessus des moyens des USA
    Un amateur fabrique un canon électrique dans son garage (Vidéo)
    Une attaque électromagnétique de Pyongyang pourrait anéantir 90% de la population US
    Tags:
    Railgun, US Navy, Forces armées des Etats-Unis, Congrès des États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik