Défense
URL courte
419
S'abonner

Suite au tir nord-coréen d’un missile balistique fin novembre, les exercices impliquant le Japon, les États-Unis et la Corée du Sud ne prennent pas fin. Tokyo, Séoul et Washington procéderont lundi et mardi à des manœuvres centrées sur le repérage de missiles, a annoncé l’armée japonaise.

Sur fond de tensions avec la Corée du Nord, des manœuvres tripartites entre les militaires japonais, sud-coréens et américains auront lieu les 11 et 12 décembre, a communiqué dimanche la Force maritime d'auto-défense japonaise.

Selon l'armée japonaise, il s'agit du sixième exercice de partage d'informations sur le repérage de missiles balistiques entre les trois pays. C'est le Japon qui accueillira les exercices tripartites. 

La Corée du Nord a tiré deux missiles au-dessus du Japon ces derniers mois. Puis, le 29 novembre, elle a tiré un missile balistique intercontinental, le Hwasong-15, présenté comme étant le plus avancé et ayant la capacité d'atteindre les États-Unis en tous points de leur territoire.

Moins d'une semaine après ce nouvel essai, la Corée du Sud et les États-Unis ont lancé lundi de vastes exercices militaires aériens, dans le cadre de leurs manœuvres annuelles «Vigilant Ace».

Le représentant du ministère nord-coréen des Affaires étrangères a commenté les exercices militaires conjoints américano-sud-coréens Vigilant Ace. Selon lui, les exercices militaires conjoints, organisés par Washington et Séoul démontrent que les États-Unis sont un «démon nucléaire» qui, par leur politique, frappent «dans un tambour de guerre nucléaire».

Lire aussi:

Un Boeing 737 se disloque lors de l'atterrissage en Inde, 20 morts et plus de 100 blessés - images
Le Président Aoun évoque l'hypothèse d'un «missile» ou d'une «bombe» dans la double explosion à Beyrouth
Une autre crise se profile à l’horizon et pourrait être pire que le Covid-19, affirme Bill Gates
Tags:
exercices conjoints, Vigilant Ace (exercices), Corée du Nord, Corée du Sud, Japon, États-Unis
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook