Défense
URL courte
5250
S'abonner

Les fabricants d’armes russes ont augmenté leurs ventes de 3,8% en 2016, selon un rapport du SIPRI. La croissance de la demande d’armes russes est logique, a indiqué à Sputnik le politologue militaire Andreï Kochkine.

Au total, les ventes des cent principaux fournisseurs d'armements et de services militaires ont augmenté de 1,9% en 2016 par comparaison à 2015. La Russie et les États-Unis ont augmenté leurs ventes d'armes, a annoncé lundi dans un rapport l'Institut international de recherche sur la paix de Stockholm (SIPRI).

Les sociétés américaines de ce Top 100 ont augmenté de 4% leur part dans les ventes d'armes mondiales qui se chiffre désormais à 57,9%. La Russie a augmenté ses ventes de 3,8% en 2016, mais les rythmes de croissance se sont ralentis en raison des difficultés économiques qu'a affrontées la Russie en 2016.

La part russe dans les ventes mondiales d'armes a représenté 7,1%.

Le politologue militaire Andreï Kochkine a indiqué à Sputnik que le complexe militaro-industriel russe avait vécu dans les années 1990 une période difficile mais qui a été suivi d'un rétablissement progressif.

L'actuel regain d'intérêt pour les armes russes est tout à fait logique, la Russie ayant obtenu des succès notables dans la production d'armes et de matériel militaire, selon lui.

«Surtout après la victoire sur la plus importante organisation terroriste du monde [Daech]. C'est une bonne preuve du fait que nos armes et véhicules répondent aux plus hautes exigences du marché des armements. […] La Russie donne ainsi la tendance qui permet de conclure que le matériel militaire russe est apprécié», a indiqué l'expert.

SIPRI: La Russie augmente sa part sur le marché des armes
© Sputnik .

Lire aussi:

Covid-19: la deuxième vague, une fiction?
Didier Raoult répond à l’AP-HP qui l’avait accusé de «faux témoignage»
Macron propose à Philippe une mission en vue de 2022 après sa démission
Tags:
ventes d'armes, matériels de guerre, armements, SIPRI, Andreï Kochkine, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook