Ecoutez Radio Sputnik
    S-400

    Quelles armes russes resteront en Syrie?

    © Sputnik . Sergei Malgavko
    Défense
    URL courte
    8541

    La Russie ne compte pas retirer de Syrie ses systèmes S-400 et Pantsir-S1, a fait savoir l'ex-commandant en chef des Forces aérospatiales russes. Le personnel militaire chargé de l'entretien des armes restera également sur place.

    Les complexes antimissiles S-400 et les systèmes antiaériens Pantsir-S1 resteront déployés sur la base aérienne de Hmeimim après le retrait de la majeure partie du contingent militaire russe, a fait savoir le président de la commission sénatoriale russe de la Défense, Viktor Bondarev.

    «Ils resteront bien sûr sur place à Hmeimim. On ne peut pas les en retirer. Ce sont des moyens qui permettent d'abattre quasi immédiatement les cibles aériennes», a expliqué l'ex-commandant en chef des Forces aérospatiales russes.

    Toujours selon lui, la Russie maintiendra en République arabe syrienne un nombre de spécialistes militaires suffisant pour l'entretien des aéronefs et du système de défense antiaérienne.

    Le lundi 11 décembre, Moscou a annoncé le retrait de la majeure partie de son contingent militaire encore stationné en République arabe syrienne. Auparavant, l'état-major interarmées russe avait indiqué que l'ensemble des territoires syriens était libéré des terroristes.

    Le chef du Kremlin Vladimir Poutine, en visite sur la base aérienne de Hmeimim en Syrie, a cependant promis que les forces russes porteraient des «frappes inédites» contre les terroristes s'ils reprenaient leurs activités dans le pays.

    Lire aussi:

    Un «souvenir» de vacances illégal pourrait coûter leur liberté à deux Français
    Bill Clinton en robe bleue et pas que… Des trouvailles extravagantes dans une résidence d’Epstein – images
    Un énorme requin blanc filmé à quelques centimètres d’une cage de plongeurs – vidéo
    Tags:
    armes russes, retrait, défense antiaérienne, antimissiles, aérodrome de Hmeimim, S-400, Pantsir-S1, Conseil de la Fédération, Viktor Bondarev, Russie, Syrie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik