Défense
URL courte
19719
S'abonner

L’Otan a perdu ses capacités de mener des combats en mer. Tel est l’avis de Jens Stoltenberg, le Secrétaire général de l’Otan, qu’il a exprimé dans une interview à un journal allemand.

Le Secrétaire général de l'Otan, Jens Stoltenberg, a déclaré que l'organisation avait perdu ses capacités maritimes, a fait savoir samedi le journal allemand Frankfurter Allgemeine Sonntagszeitung.

Selon M. Stoltenberg, depuis la guerre froide, les capacités maritimes de l'Otan ont baissé, surtout «pour lutter contre les sous-marins».

«Nous sommes une alliance transatlantique, c'est pourquoi nous devons être en mesure de transférer nos troupes et notre équipement à travers l'Atlantique. Pour cela, nous avons besoin de voies maritimes sécurisées et ouvertes», a-t-il résumé.

Dans le même temps, M. Stoltenberg a souligné que l'activité sous-marine de la Russie était «au niveau le plus élevé depuis la Guerre Froide».

«La Russie a investi massivement dans sa Marine, et particulièrement, dans ses sous-marins», a-t-il déclaré, en précisant que depuis 2014, la Russie a mis en service 13 sous-marins.

Dans ce contexte, l'Otan planifie de créer deux nouveaux commandements: celui de l'Atlantique, chargé de la défense des voies de transport entre l'Amérique du Nord et l'Europe, et un commandement de la logistique pour assurer le transfert des troupes et de l'équipement en Europe.

L'alliance a également décidé de fonder un centre des cyber-opérations et d'intégrer les cyber-capacités de ses pays-membres.

Lire aussi:

Un mort et un blessé par balles devant un hôpital à Paris - images
«Toutes les personnes qui vont aller se faire vacciner sont des cobayes», lance une députée française
L’explosion sur le site nucléaire iranien a été organisée par Israël, affirment le renseignement US et l’Iran
Drogues, prostitution, politique: l’ordinateur de Hunter Biden, une boîte de Pandore?
Tags:
marine, guerre sous-marine, défense, sous-marins, OTAN, Jens Stoltenberg, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook