Ecoutez Radio Sputnik
    Les missiles Kalibr à bord de la frégate Admiral Grigorovitch

    L'armée et la marine russe se réarment à vitesse grand V

    © Sputnik . Vitaly Timkiv
    Défense
    URL courte
    231031

    En 2017, la dotation de l’armée et de la marine russes en armements modernes a atteint en moyenne 59%, selon une infographie publiée par le quotidien officiel du ministère russe de la Défense.

    Le quotidien officiel de l'armée, Krasnaïa zvezda, a publié une infographie annuelle consacrée aux Forces armées russes pour l'année 2017. Il s'ensuit de ce rapport que l'armée et la marine sont équipées d'armes modernes à 59%.

    Le ministère de la Défense a dressé un bilan impressionnant de la modernisation réalisée cette année. Ainsi, conformément à l'infographie, l'armement des forces aérospatiales a été rénové à 73%.

    En 2017, l'armée a reçu 190 avions et hélicoptères flambant neufs, en particulier des avions d'attaque Su-34, Su-35S et Su-30SM qui avaient fait leurs preuves en Syrie.

    La modernisation bat son plein dans la marine, renouvelée à 53%. Cette année, 16 nouveaux navires de guerre et sous-marins ont été mis en service, dont certains sont équipés de missiles de croisière Kalibr.

    Il y a seulement quelques jours, la cérémonie de levée du drapeau de Saint-André a eu lieu sur la frégate Amiral Makarov, remise officiellement à la marine. Cette frégate dotée des missiles Kalibr, tout comme deux autres de la même classe, l'Amiral Essen et l'Amiral Grigorovitch, constitueront la principale force de frappe de la Flotte de la mer Noire.

    La modernisation se déroule à un rythme particulièrement rapide dans les forces nucléaires stratégiques où son taux est de 79%.

    Lire aussi:

    La frégate Amiral Essen met le cap sur la Méditerranée
    La frégate Amiral Essen rejoint le groupe naval russe en Méditerranée
    La frégate Amiral Essen met le cap sur la Syrie
    Tags:
    armements, Admiral Makarov (frégate), Kalibr
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik