Ecoutez Radio Sputnik
    Les bombes aériennes

    L'Inde achète 240 bombes aériennes russes pour la bagatelle de 163 M EUR

    © Photo. Ministry of Defence of the Russian Federation
    Défense
    URL courte
    10471

    La coopération entre l'Inde et la Russie dans le domaine militaire et industriel se porte de mieux en mieux, l'Inde ayant décidé d'acheter des bombes russes de haute précision.

    La ministre indienne de la Défense Nirmala Sithraman a approuvé la proposition d'acheter à la Russie 240 bombes aériennes russes pour son armée de l'air, annonce son ministère dans un communiqué.

    «La proposition concerne l'achat de 240 bombes à la société russe Rosoboronexport pour la somme 12 milliards 540 millions de roupies (près 163 millions d'euros). Ces bombes de la catégorie d'armes de haute précision sont déjà utilisées par l'armée de l'air indienne. Cet achat est destiné à remédier à la pénurie d'armes de haute précision dans l'armée de l'air, ainsi qu'à renforcer sa capacité d'attaques», indique le communiqué dont Sputnik a obtenu copie.

    L'Inde veut renforcer son armée de l'air. Ainsi, début décembre, il a été annoncé que la signature du contrat de livraison à l'Inde de 200 hélicoptères Kamov Ka-226 entrait dans sa dernière ligne droite.

    Selon un responsable russe, le contrat devrait être signé au premier trimestre 2018.

    Le Ka-226T est un hélicoptère polyvalent léger d'une masse maximale de 3,4 tonnes. Il est destiné à transporter 1,5 tonne de fret ou 7 passagers sur une distance de 600 km. Son double rotor contrarotatif lui assure une poussée puissante et une bonne vitesse ascensionnelle. Le Ka-226T est bien adapté pour voler dans les régions montagneuses et sous température élevée.

    Lire aussi:

    Les Ka-226 pour l’Inde: le contrat à deux doigts d’être signé
    L'hélicoptère russe Ka-226T subit des essais à plus de +50°C
    L’hélicoptère polyvalent Ka-62 réalisera son premier vol cette année
    Tags:
    bombes intelligentes, Armée de l'air indienne, Rosoboronexport, Nirmala Sitharaman, Inde, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik