Défense
URL courte
20885
S'abonner

Déployant des systèmes de missiles sol-air S-400 Triumph en Crimée, la Russie a pour but de se protéger des objets aériens du côté Ukrainien qui représentent des menaces. Comme l’a noté le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, il s’agit du droit souverain pour un État de prendre de pareilles mesures.

Une deuxième division de systèmes de missiles sol-air S-400 Triumph qui sera mise en permanence en Crimée dans les jours à venir, est destinée à contrôler principalement l'espace aérien sur la frontière avec l'Ukraine, a déclaré à Sputnik une source dans les structures de sécurité de la péninsule.

Il est à noter que la première division de systèmes de missiles sol-air S-400 a été déployée l'année dernière dans une ville criméenne de Feodossia.

«La tâche de la deuxième division de systèmes de missiles S-400 est de découvrir à temps, et si nécessaire, de détruire les objets aériens du côté Ukrainien qui représentent des menaces pour la Crimée», a déclaré la source, précisant que ces derniers temps, l'Ukraine intensifie sa rhétorique agressive envers la Crimée et teste des missiles de croisière.

«Ces tests de missiles ukrainiens constituent un danger pour la péninsule, car la trajectoire de leur vol est presque imprévisible», a indiqué l'interlocuteur de l'agence.

Commentant le déploiement des S-400 en Crimée, Dmitri Peskov, porte-parole du Président russe, a indiqué que la prise de mesures nécessaires par la partie russe, afin d'assurer sa sécurité, ne devrait pas être perçue comme une menace.

La partie russe a le droit souverain de prendre des pareilles mesures, a-t-il précisé.

Lire aussi:

Un couple gagne pour la deuxième fois au loto en 35 ans, voici leur secret
Deux millions de Français contaminés par le Covid-19, affirme une étude britannique
Le préfet de Paris estime que les personnes en réanimation sont celles qui n'ont pas respecté le confinement
Covid-19: «Président africain cherche clinique européenne?» Revenez une autre fois!
Tags:
missiles de croisière, S-400, Dmitri Peskov, Crimée, Ukraine, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook