Ecoutez Radio Sputnik
    JournauxTOS-1 Solntsepiok

    Des médias allemands parlent d’une «arme de l’enfer» russe

    © AFP 2018 John Macdougall © Sputnik . Evgueni Biyátov
    1 / 2
    Défense
    URL courte
    361373

    La Russie se doterait d’une modification du lance-roquette multiple TOS-1, l’une de ses armes les plus puissantes, qui n’a pas d’analogues à l’étranger, écrit l’hebdomadaire allemand Stern.

    Une modification du lance-roquette multiple TOS-1, le TOS-2, montée sur la plateforme Armata, serait fabriquée en Russie, relate l'hebdomadaire allemand Stern, soulignant que cette arme ne connait pas d'analogues à l'étranger, sauf en Syrie où le système TOS-1 est utilisé par les troupes gouvernementales.

    S-400
    © Sputnik . Ilya Pitalev
    Selon le magazine, l'installation du système sur un véhicule à roue, et éventuellement sur une plateforme de combat Boomerang pour augmenter sa mobilité, serait également prévue.

    La particularité du lance-roquette réside, entre autres, dans le fait que le système de feu de salve inclut 30 tubes qui tirent des roquettes avec des ogives thermobariques. Après le tir, la première explosion ouvre le réservoir à une hauteur déterminée et en disperse le contenu dans un nuage qui se mêle à l'air ambiant. La deuxième charge explose ensuite, créant par la combustion de l'air une surpression. Immédiatement après l'explosion, une dépression de l'air a lieu.

    Comme l'indique l'hebdomadaire, il est impossible d'échapper à cet effet même en se trouvant dans des bunkers souterrains. De plus, «cette arme de l'enfer» serait, toujours selon Stern, capable de neutraliser des champs de mines.

    Le nouveau système serait livré, d'après les informations du magazine, entre 2018 et 2025.

    Lire aussi:

    À faire frémir les terroristes: les essais de l’arme russe dernier cri Solntsepek en vidéo
    Une bombe à vide, pour quoi faire?
    L’Algérie emploie ses nouveaux systèmes russes lors de manœuvres militaires (vidéo)
    Tags:
    lance-roquettes, défense, médias, TOS-1 Bouratino, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik