Ecoutez Radio Sputnik
    S-400 à Sebastopol

    Les S-400 bientôt vendus aux pays du Proche-Orient et de l'Asie du sud-est?

    © Sputnik . Alexeï Malgavko
    Défense
    URL courte
    9404
    S'abonner

    Grâce à leurs caractéristiques uniques, les systèmes de missiles sol-air russes S-400 sont très demandés dans les pays du Proche-Orient et de l'Asie du sud-est.

    Moscou négocie avec des pays du Proche-Orient et de l'Asie du sud-est la vente de systèmes de missiles sol-air S-400 Triumph, a déclaré le ministre russe de la Défense Sergueï Choïgou.

    Il a qualifié les S-400 de «systèmes uniques possédant des caractéristiques tactiques et techniques jamais vues au monde» et a ajouté que cela était confirmé par le récent contrat de livraison des S-400 à la Turquie, pays membre de l'Otan.

    Le ministre a souligné que «pas une seule rencontre avec nos collègues étrangers ne se passe sans que ces derniers n'évoquent une acquisition d'armements russes».

    Il a noté que deux systèmes Triumph sont actuellement en service permanent en Syrie.

    Selon le ministre russe de la Défense, la Russie est prête à faire partager son expérience du recours à son matériel et à ses armes en Syrie.

    «Il s'agit, bien sûr, de notre aviation de combat, du matériel et des armes du l'Armée de terre, des Forces des opérations spéciales et des systèmes russes de DCA. Il s'agit non seulement de systèmes Pantsir qui étaient utilisés en Syrie, mais également de systèmes S-300 et S-400», a-t-il indiqué.

    La veille, le journal Times of India, se référant à une source militaire, avait annoncé que la Russie et l'Inde achevaient les négociations sur la livraison de cinq divisions de S-400. Selon le quotidien, le contrat est estimé à près de 5,5 milliards de dollars.

    Fin décembre, Moscou et Ankara avaient signé un contrat de crédit pour la livraison en Turquie de deux systèmes S-400. En outre, les parties ont convenu de la mise en place d'une coopération technique visant à construire des systèmes en Turquie.

    Tags:
    S-400, OTAN, Sergueï Choïgou, Turquie, Moscou
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik