Défense
URL courte
5220
S'abonner

Le service de logistique de l'armée fédérale allemande tire la sonnette d'alarme: un déficit de rations de combat individuelles de la Bundeswehr a été signalé, relate le quotidien allemand Die Welt.

Les rations sont conçues pour nourrir les soldats dans des conditions de terrain pour une journée, s'ils ne peuvent pas avoir accès à de la nourriture chaude de la cuisine de campagne mobile ou à la restauration collective.

Selon Die Welt, le manque s'est manifesté de façon inattendue. Un bataillon allemand a décidé d'effectuer des manœuvres militaires et a demandé la quantité nécessaire de rations de combat. Le service de logistique a répondu qu'il ne pouvait livrer qu'une partie de la commande. Il a été annoncé que la quantité de rations de combat disponible dans les dépôts était en dessous du point critique.

La Bundeswehr a refusé de donner à la presse le chiffre exact de ce point critique affirmant que cette information était secrète. Toutefois, il a été possible de savoir qu'à la demande du service d'approvisionnement de la Bundeswehr, dont les entrepôts se trouvent à Oldenburg, les entreprises disposant d'un permis spécial produisent annuellement 300.000 rations de combat. Considérant une armée de 179 562 personnels (données au 31 décembre 2017), cela représente moins de deux rations de combat par soldat et par an!

Cette histoire de pénurie des rations de combat a lancé un débat sur le faible niveau de préparation de l'armée allemande et la forte diminution de l'efficacité au combat de la Bundeswehr. Des Allemands estiment que la pénurie de rations est liée au fait qu'on préfère garder les soldats dans des casernes chaudes et confortables au lieu de les envoyer sur le terrain en exercice.

Selon le journal Bild, depuis octobre dernier, aucun sous-marin allemand n'est sorti des ports: tous sont en réparation. La moitié du parc de chars Leopard 2 est également en réparation. La même histoire se répète avec les 14 avions de transport militaires A400M de la Luftwaffe qui, à cause de pannes, ne volent que très rarement. 

Pendant les 40 premières années de son existence, il a été interdit par la Constitution à la Bundeswehr de participer à des opérations militaires à l'étranger. Ce n'est qu'en 1994 que le Tribunal constitutionnel fédéral a décidé d'abroger cette interdiction. La loi fondamentale allemande dispose maintenant que l'armée allemande n'est autorisée à participer qu'à des opérations sanctionnées par l'Onu pour établir et maintenir la paix.

À la mi-décembre de l'année dernière, le Bundestag a approuvé une prolongation de trois mois des cinq missions de maintien de la paix et antiterroristes de la Bundeswehr. Il s'agit notamment de l'opération Sea Guardian en mer Méditerranée par laquelle les pays de l'Otan surveillent cette zone pour empêcher la pénétration de migrants illégaux vers les pays européens, parmi lesquels figurent des personnes identifiées comme constituant une menace terroriste. Des militaires allemands participent également à des missions en Syrie, en Irak, en Afghanistan et au Mali. Ils sont principalement engagés dans le support technique et la logistique.

Le 1er juillet 2011, l'Allemagne a mis fin au service militaire obligatoire. Depuis, de moins en moins d'Allemands rejoignent les rangs des forces armées. Au cours des huit premiers mois de 2017, 10.105 hommes et femmes, soit 15% de moins que la même période en 2016, ont signé un contrat avec la Bundeswehr. Toutefois, une recrue sur quatre laisse tomber après la période probatoire.

La transition vers une armée professionnelle coûte beaucoup d'argent à l'Allemagne. Il suffit de dire que le soldat touche de 1.300 à 1.600 euros mensuellement, un caporal de 1.600 à 1.800, un lieutenant de 2.000 à 2.700 et un général plus de 10.000 euros par mois.

Lire aussi:

Un hélicoptère militaire pris pour cible depuis le sol aux États-Unis
Un garde-pêche de 70 ans roué de coups et blessé à l’œil par des jeunes qui fumaient une chicha
Un incendie frappe une mosquée à Lyon, la piste criminelle privilégiée – vidéo
Deux frégates de guerre grecque et turque se seraient heurtées en Méditerranée orientale
Tags:
armée, Bundeswehr (armée allemande), Allemagne
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook