Ecoutez Radio Sputnik
    la guerre nucléaire

    La fin du monde n’aura pas lieu? Mythes et réalités sur la guerre nucléaire

    © Sputnik . РИА Новости
    Défense
    URL courte
    8220

    L’Horloge de la fin du monde a été récemment avancée de 30 secondes. Seulement trois minutes séparent actuellement l’humanité d’une catastrophe nucléaire. Mais quelles seraient les vraies conséquences de cette catastrophe qu’on évoque si souvent?

    Des déserts infinis peuplés de mutants là où encore récemment la vie battait son plein n'est-ce pas l'image des conséquences d'une guerre nucléaire que la culture de masse a enracinée dans notre esprit? L'angoisse est exacerbée davantage par des chiffres effrayants: environ 1,15 milliard de vies seront emportées rien que par la toute première frappe. Ceux qui y survivront ne seront pas en reste: famine, irradiations et hiver nucléaire. Mais ce scénario apocalyptique est-il vraiment fondé? Tâchons de répondre à cette question!

    Combien de personnes périront dans les frappes visant les villes?

    À l'heure actuelle, la Russie et les États-Unis disposent d'un peu plus de 1.500 ogives nucléaires déployées et prêtes à être utilisées. La plupart d'entre elles pointent des installations militaires: silos à missiles, bases de sous-marins lanceurs d'engins et d'avions stratégiques. Le nombre de ces cibles s'élève à plusieurs centaines. Ce sont également les stocks d'armes nucléaires et quelques sites stratégiques non militaires qui seront pris pour cible.

    Il ne faut pas non plus s'illusionner sur le fait que le pays qui déclenchera le conflit nucléaire lancera immédiatement toutes ses forces. Tout ça pourquoi? Pour dire que peu de forces cibleront les villes.

    Selon les calculs approximatifs faits par l'auteur d'une publication dédiée à ce sujet et parue sur le site Life.ru, les ogives nucléaires de l'arsenal russe et américain ne pourront tuer ni 1,15 milliard de personnes, ni même 350 millions de personnes de la population urbaine de ces deux pays. Il est difficile de donner un chiffre précis. Selon des chercheurs américains, le nombre de victimes d'une attaque nucléaire russe sur les États-Unis ne dépassera pas les 132 millions. Après tout, une grande partie du territoire russe et américain ne sera pas détruite du fait de leur grande superficie. Les pays non-participants ne subiront aucune perte considérable.

    Quid de la radiation?

    Pour répondre à cette question, pensons à Tchernobyl en Ukraine: aujourd'hui, les alentours du foyer de la plus grave catastrophe nucléaire du XXe siècle ne sont rien d'autre que le parc le plus riche en espèces animales d'Europe. Donc, en s'appuyant sur l'expérience obtenue à l'issue de cette page tragique de l'histoire, on peut supposer que 10 ans après la frappe nucléaire, l'épicentre de l'explosion de l'ogive redeviendrait habitable, estime l'auteur de la publication.

    Qui plus est, le nombre total des victimes de la catastrophe n'excède pas les 4.000 personnes, témoignent des études.

    Et les précipitations nucléaires, direz-vous? Elles seront insignifiantes. Pour atteindre le nombre maximal de victimes des frappes nucléaires, la hauteur de la détonation d'une ogive devrait être au-dessus des 1.500 mètres. Plus l'explosion atomique est en hauteur, moins de matériaux elle peut emporter et moins il y aurait de poussière radioactive.

    Quid du fameux hiver nucléaire? Certains estiment que le but de l'émergence de cette théorie n'était autre que de contribuer à l'instauration internationale d'un contrôle des armes nucléaires. Pour cela, y renoncer serait comparable à s'opposer à la paix. D'ailleurs, ceux qui ont tenté de démystifier cette théorie se sont vite vus accusés de fascisme.

    L'ombre de la guerre

    Il est difficile d'imaginer une guerre nucléaire entamée consciemment. Le fait est qu'une telle guerre serait un suicide instantané pour le pays qui va la commencer. De plus, les Chinois ont depuis longtemps expliqué clairement à tout le monde qu'ils ne vont pas commencer une guerre nucléaire.

    Cependant, une guerre nucléaire peut commencer à l'insu des responsables politiques. Il suffit d'avoir une série de malentendus pernicieux, comme au cours des exercices de 1983. Il existe de nombreux scénarios permettant le lancement d'une guerre nucléaire par accident. Si cela se produit, les armes nucléaires pourraient causer d'énormes dégâts.

    L'idée reçue selon laquelle une guerre nucléaire va tuer l'humanité n'est pas critiquée. Au cas où, il faut être prêt. Stress, peurs, ignorances pourraient tuer plus de personnes. 80% des gens sont ignorants de ce qui doit être fait pendant une guerre nucléaire et cela est suffisant pour faire croître les pertes causées par une attaque atomique.

    Lire aussi:

    Le nombre d’armes nucléaires, suffisant pour provoquer une catastrophe planétaire, dévoilé
    Faut-il redouter une frappe nucléaire russe?
    Apocalypse selon l'accord: comment fait-on la guerre avec une arme nucléaire
    Tags:
    nucléaire, guerre
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik