Défense
URL courte
6410
S'abonner

En dépit du gel de la coopération militaire avec les États-Unis et leurs alliés, le carnet des commandes étrangères d'armes russes a dépassé la barre des 50 mds USD depuis le début de l'année en cours, selon un sénateur russe.

Les exportations d'équipements militaires et à double usage russes ne cessent de croître, le carnet des commandes étrangères ayant dépassé les 50 milliards de dollars, a annoncé le chef de la commission sénatoriale russe sur la défense et la sécurité Viktor Bondarev.

«Même sans les États-Unis et leurs satellites, nous avons bien des acheteurs d'équipements militaires et à double usage. Ce sont les pays de l'OCS, des BRICS, de la CEEA, de l'ASEAN. D'ailleurs, le nombre de commandes est en augmentation constante. Pour le début de 2018, selon les données de Rosoboronexport, leur montant total s'élève à plus de 50 milliards de dollars», a fait savoir M.Bondarev cité par les médias russes.

Selon lui, parmi les partenaires commerciaux «à long terme» de Moscou figurent la Chine, l'Algérie, l'Irak, l'Égypte, l'Inde et l'Indonésie. Le sénateur a également rappelé que la Russie avait signé un contrat pour la livraison de systèmes de défense aérienne S-400 avec la Turquie.

Auparavant, le conseiller du Président russe Vladimir Kojine a annoncé qu'en 2017 la Russie avait fourni pour 15 milliards de dollars d'armes à des pays étrangers.

Lire aussi:

Une octogénaire étranglée, dépouillée et enfermée dans un placard, près de Calais
La Russie proteste suite à la violation de sa frontière par un destroyer US et se dit prête à réagir aux provocations
Un scientifique nucléaire iranien de haut rang assassiné près de Téhéran - images
Comment les policiers ont justifié les coups portés sur le producteur de musique à Paris
Tags:
commandes, armes russes, S-400, Organisation de coopération de Shanghai (OCS), Communauté économique eurasiatique (CEEA), Association des nations de l'Asie du Sud-Est (ASEAN), BRICS, Viktor Bondarev, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook