Ecoutez Radio Sputnik
    Un pratiquant de reconstitution historique sur la place Rouge à Moscou

    Scythe, Sarmate… Ces noms antiques des nouvelles armes sophistiquées russes

    © Sputnik . Vladimir Astapkovitch
    Défense
    URL courte
    Irina Dmitrieva
    12491

    Le ministère russe de la Défense a lancé un concours pour baptiser les armes dernier cri présentées par Vladimir Poutine. Ces derniers temps, une tendance curieuse s’est dessinée: plus les armes deviennent complexes, plus l’époque à laquelle renvoient leurs noms est «primitive». En voici quelques exemples.

    Le Président russe Vladimir Poutine a présenté le 1er mars plusieurs armes hypersoniques et nucléaires qui n’ont pas encore de noms officiels. Le ministère de la Défense a déjà invité tout le monde à lui envoyer des propositions. En attendant les résultats de ce concours, souvenons-nous des noms de matériels de guerre russe existants. 

    Les militaires, qui se sont d’abord inspirés des noms d’animaux ou de fleurs, sont récemment passé aux noms de peuples guerriers de l’Antiquité et d’armes d’époques très reculées. Faut-il être un expert en histoire ancienne ou en archéologie pour s’y retrouver? 

    Missile balistique Voevoda

    Viktor Vasnetsov. Un preux. 1878.
    Viktor Vasnetsov. Un preux. 1878.

    Le missile balistique intercontinental R-36M Voevoda (code Otan: Satan) est le plus lourd (200 tonnes) et l’un des plus puissants au monde. 

    Son nom «voevoda» nous fait plonger dans l’histoire russe d’avant le XVIIIe siècle. Les «voevodas» étaient des chefs de l'armée ou des gouverneurs de province en Moscovie et dans plusieurs pays slaves. Ils sont attestés en Russie à partir du Xe siècle, mais ce poste a été supprimé par l’empereur Pierre le Grand au XVIIIe siècle, pendant sa réforme de l’administration de l’État.

    Et le missile Voevoda, lui aussi, disparaîtra un jour pour céder sa place à un missile qui porte un nom plus guerrier, le Sarmat.

    Missile balistique Sarmat

    Le missile balistique RS-28 Sarmat, qui sera équipé d'un large éventail de munitions d'une grande puissance, y compris hypersoniques, et pourra surmonter le bouclier antimissile, est baptisé en l’honneur des Sarmates. Ce peuple scythique de nomades des steppes vivait à l’Âge de fer (VIe-IVe siècles avant notre ère). 

    Mentionnés pour la première fois par l’historien et géographe grec Hérodote, les Sarmates ont dominé la steppe européenne et ont eu de nombreuses confrontations avec l’Empire romain qui leur aurait emprunté certaines tactiques militaires et des armes. Les Sarmates seraient à l'origine de la cavalerie lourde. Le poète latin Ovide les a décrits comme des guerriers courageux, les comparant à Mars, dieu de la guerre.

    Missile balistique Skif

    Les missiles nucléaires sous-marins Skif doivent leur nom aux Scythes, des peuples en grande partie nomades, qui ont vécu leur apogée entre le VIIe siècle av. J.-C. et la fin de l'Antiquité. Les Scythes dominaient les steppes de l'Eurasie centrale, une vaste zone allant de l’Ukraine à l’Altaï, en passant par la Russie et le Kazakhstan.

    À la différence de ces habitants des steppes originaires d’Asie centrale, les missiles Skif sont destinés à être installés au fond de la mer pour frapper des cibles terrestres ou maritimes. Le premier tir d’essai d’un missile Skif a eu lieu en 2013, mais les travaux de conception sont toujours en cours. En novembre 2017, l’ex-commandant des Troupes aérospatiales russes Viktor Bondarev a annoncé que ces missiles nucléaires étaient capables de rester longtemps à une grande profondeur ce qui en fait une arme redoutable. Toutefois, peu d’informations ont filtré jusqu’ici sur la date de leur mise en service.

    Les anciens peuples ne sont pas les seuls à inspirer les ingénieurs et militaires lorsqu’il s’agit de baptiser leurs matériels. Il existe tant d’armes de chasse et de guerre des temps reculés dont les noms peuvent encore servir.

    Missile intercontinental Boulava

    Une masse d'armes du XVIIe siècle (Palais des armures du Kremlin de Moscou)
    © Sputnik . Iarin
    Une masse d'armes du XVIIe siècle (Palais des armures du Kremlin de Moscou)

    Le nom du missile balistique intercontinental RS-30 Boulava signifie en russe «masse d’armes», l'une des premières armes utilisées par l’humanité.

    Le Boulava équipe les sous-marins nucléaires russes du projet 955 Boreï. 

    D'une portée de 8.000 km, le missile Boulava est une «masse d’armes» impressionnante.

    Il peut intégrer dix ogives nucléaires hypersoniques de 100 à 150 kilotonnes ayant chacune une trajectoire indépendante. 

    Missile hypersonique Kinjal

    Poignard Fleurs de Shéhérazade (musées du Kremlin de Moscou)
    © Sputnik . Vladimir Viatkine
    Poignard "Fleurs de Shéhérazade" (musées du Kremlin de Moscou)

    Kinjal, missile hypersonique installé à bord d’avions, est l’une des nouvelles armes russes présentée début mars par le Président Poutine.

    Le nom de ce missile signifie «poignard», ce qui a déjà poussé des journalistes russophones à ironiser sur un «poignard transperçant un bouclier antimissile».

    En effet, le missile Kinjal peut se déplacer à une vitesse de Mach 10 et sa portée dépasse 2.000 km.

    Le Kinjal est capable de surmonter les moyens existants et futurs de défense antimissile.

    Plate-forme blindée Boomerang

    Des boomerangs découverts dans le tombeau du pharaon Toutankhamon
    Des boomerangs découverts dans le tombeau du pharaon Toutankhamon

    Les blindés conçus sur la plate-forme Boomerang a sans doute été baptisé en l’honneur de l’arme de guerre et de chasse connue depuis des millénaires dans tous les coins du monde, le boomerang. Contrairement à ce que peut laisser croire son nom, ce blindé ne vole pas.

    Mais d’après le directeur général de la Compagnie militaro-industrielle (VPK) Alexandre Krassovitski, la plate-forme Boomerang représente «une percée en termes d'ingénierie». Ce véhicule peut être contrôlé à distance, ce qui en fait un robot. On dirait que c’est un grand pas par rapport au vrai boomerang qui ne représente qu’un bâton de jet, capable ou non de retourner à celui qui l’a lancé.

    La Russie a dévoilé son blindé Boomerang lors du défilé militaire du 9 mai 2015 à Moscou. Mais à part son apparence, peu de choses ont filtré concernant ses caractéristiques techniques, ses armements et ses performances. 

    À part les matériels dont les noms s’inspirent de peuples guerriers ou des animaux prédateurs, la Russie possède aussi des armes et matériels aux appellations comiques ou romantiques destinées probablement à troller un éventuel ennemi.

    Il existe notamment toute une «série de fleurs », dont le canon automoteur SAU 2S1 Gvozdika (Girofle), 2S3 Akatsia (Acacia), l'obusier automoteur 2S4 Tulpan (Tulipe), ainsi que les canons automoteurs à longue portée 2S5 Guiatsint (Jacinthe) et 2S7 Pion (Pivoine) capables de tirer des obus nucléaires. 

    Il reste à savoir comment seront baptisées les nouvelles armes hypersoniques et nucléaires…

    Lire aussi:

    Le test du nouveau missile intercontinental russe Sarmat capté en vidéo
    Le secret «meurtrier» du tout nouveau missile russe Sarmat
    Poutine dévoile les délais d’entrée en service des armes hypersoniques
    Tags:
    boomerang, masse d'armes, Sarmates, scythes, poignard, traduction, linguistique, fleurs, archéologie, histoire, matériels de guerre, Skif (missile nucléaire), Kinjal (missile air-air hypersonique), Boomerang (véhicule blindé), R-30 Boulava, Voevoda (missile lourd), RS-28 Sarmat (missile lourd), VPK (producteur d'armes russe), ministère russe de la Défense, Alexandre Krassovitski, Vladimir Poutine, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik