Défense
URL courte
25974
S'abonner

La Turquie a acheté des systèmes de missiles S-400 en raison du besoin urgent d’assurer la défense de son espace aérien, selon le chef de la diplomatie turque.

Ankara a pris la décision d'acheter des systèmes de missiles sol-air russes S-400 parce qu'il avait besoin de protéger son espace aérien le plus vite possible, a déclaré le ministre turc des Affaires étrangères Mevlut Çavusoglu.

«Nous avions besoin urgent de ces systèmes parce que nous n'avions pas de système de défense antiaérienne. Nous avons eu du mal à acheter des armes plus simples aux États-Unis à cause des doutes au sein du Congrès. Il nous fallait bien acheter quelque chose à quelqu'un», a indiqué M.Çavusoglu dans un entretien accordé au journal allemand Die Zeit.

Auparavant, la secrétaire général délégué de l'Otan Rose Gottemoeller avait souligné que les S-400 russes étaient incompatibles avec les systèmes de défense antimissile qui étaient actuellement en service dans les pays membres de l'Alliance atlantique.

En septembre dernier, le Service fédéral russe pour la coopération militaire et technique (FSVTS) avait annoncé que Moscou et Ankara avait signé un accord prévoyant la livraison de plusieurs systèmes S-400 en Turquie.

Le S-400 Triumph est le système de défense antiaérienne et antimissile russe le plus moderne, capable également de détruire des cibles terrestres. La portée des missiles qui équipent le S-400 dépasse les 400 kilomètres. Ils peuvent atteindre une altitude de 30 kilomètres.

Lire aussi:

Une rixe d’une rare violence filmée en pleine rue à Fleury-Mérogis – vidéo
Où est passé le navire ayant apporté le nitrate d’ammonium à Beyrouth?
Après le Covid-19, la Chine voit ressurgir un virus mortel transmis par les tiques
Une «cause extérieure»: le capitaine qui a transporté le nitrate d'ammonium parti en fumée à Beyrouth s’exprime
Tags:
missiles sol-air, défense antiaérienne, S-400, Service fédéral russe pour la coopération militaire et technique (FSVTS), OTAN, Mevlut Cavusoglu, Rose Gottemoeller, Turquie, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook