Défense
URL courte
441633
S'abonner

Le nouveau système russe de missiles Sarmat pourrait devenir un défi pour les systèmes de défense ennemis. Un sénateur russe a expliqué à Sputnik combien d’antimissiles sont nécessaires pour neutraliser un Sarmat.

Au moins 500 antimissiles américains sont nécessaires afin d'intercepter un missile balistique intercontinental Sarmat, a déclaré Victor Bondarev, président de la commission de défense et de sécurité du Conseil de la Fédération de la Russie, interrogé par Sputnik.

«Telle est la conclusion faite par les experts occidentaux. [Le missile hypersonique, ndlr] Kinjal et son bombardier sont également invulnérables aux armes ennemies. Dans le même temps, il [le Kinjal, ndlr] peut frapper toute sorte de cibles», a expliqué le sénateur russe.

Auparavant, le journal The New York Times avait annoncé, en se référant à un responsable américain haut placé, que Donald Trump avait informé Vladimir Poutine lors de leur conversation téléphonique de ses inquiétudes concernant la mise au point de nouvelles armes russes, capables de surpasser les systèmes de défense américains.

Le Président russe a présenté le 1er mars lors de son message annuel à l'Assemblée fédérale russe les nouveaux types d'armes mis en service dans l'armée russe, qui a été dotée de 80 missiles balistiques intercontinentaux, 102 missiles balistiques stratégiques mer-sol et de trois sous-marins Boreï. Vladimir Poutine a également dévoilé les détails du nouveau système russe Sarmat, capable de neutraliser les systèmes de défense antiaérienne.

Lire aussi:

Une meute de loups dévore un chien et oblige un homme à grimper dans un arbre en centre-ville – vidéo choc
La journée des câlins «dégénère» sur le plateau de TPMP d’Hanouna - vidéo
Un Algérien et une Marocaine interpellés pour adultère, ils risquent jusqu’à deux ans de prison au Maroc
Chef d'état-major français: tuer le général iranien Soleimani en Irak n'était «pas une bonne idée»
Tags:
missiles, antimissiles, RS-28 Sarmat (missile lourd), Assemblée fédérale de Russie, Conseil de la Fédération, Viktor Bondarev, Vladimir Poutine, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via FacebookCommenter via Sputnik