Ecoutez Radio Sputnik
    HMS Trenchant

    Des sous-marins de l’Otan repérés dans l’Arctique

    CC0
    Défense
    URL courte
    19364

    Des avions russes ont repéré, identifié et accompagné dans l'Arctique des sous-marins américains et britannique participant aux exercices d’envergure Ice Exercise 2018.

    L'aviation anti-sous-marine russe a repéré des sous-marins de l'Otan s'entraînant à porter une attaque par missiles massive, relate le quotidien Izvestia. Deux Tu-142 (nom de code Otan Bear, c'est-à-dire «ours») destinés à la neutralisation des sous-marins ont identifié et suivi à la trace, entre le 20 et le 22 mars, des sous-marins nucléaires américains et britanniques. Ceux-ci participaient aux manœuvres Ice Exercise 2018 dans la mer de Beaufort.

    Les Tu-142 ont effectué ces tâches parallèlement à leur entraînement dans la région de la mer de Barents, près du littoral russe de l'océan Arctique et le long des frontières des eaux territoriales du Canada et des États-Unis, a précisé une source au sein du ministère russe de la Défense.

    Les exercices internationaux Ice Exercise 2018, qui comptent parmi les plus importants dans la région arctique, ont débuté le 10 mars. Ils engagent deux sous-marins américains (Hartford et Connecticut) et un britannique (Trenchant) qui doivent s'entraîner à tirer des missiles de croisière navalisés.

    Le 10 mars, le sous-marin Hartford s'était retrouvé coincé dans la glace en essayant de refaire surface. L'incident avait été relayé sur le compte Twitter de l'U.S. Navy Currents Magazine. Les marins avaient dû scier la glace pour libérer le navire.

     

     

    Lire aussi:

    Quand un sous-marin américain fait surface dans l’océan Arctique (vidéo)
    Des sous-marins nucléaires US et britannique font surface en Arctique (vidéo)
    Un sous-marin britannique aurait été chassé des côtes syriennes par la Marine russe
    Tags:
    sous-marin nucléaire, exercices militaires, Tu-142, Royaume-Uni, Arctique, États-Unis, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik