Défense
URL courte
351701
S'abonner

Moyen de dissuasion puissant, le système russe de gestion de frappe nucléaire créé à l'époque de l'URSS continue d'être un instrument permettant de prévenir une guerre nucléaire.

Le journal britannique Daily Star s'est rappelé de l'existence du système russe de gestion de frappe nucléaire Perimetr.

Le système Perimetr, connu en Occident sous le nom de «Main morte», est un système complètement automatisé de gestion de frappes nucléaires massives de représailles, mis au point en URSS lors de la guerre froide en qualité d'arme de dissuasion.

Bruce Blair, un des principaux experts du désarmement nucléaire, a déclaré au journal que le système fonctionnait toujours et se perfectionnait même de plus en plus.

Toutefois, malgré sa «conception terrifiante», le système Perimetr contribue à la diminution du risque de guerre nucléaire. Selon l'expert, Perimetr est un moyen éthique et acceptable pour prévenir la guerre nucléaire.

«L'existence de la Main morte signifie que l'Occident devrait y réfléchir à deux fois avant de recourir à l'arme nucléaire», écrit le journal.

L'expert a aussi affirmé que si le système Perimetr devenait vulnérable aux cyberattaques, il représenterait une menace pour la sécurité internationale.

Le 1er mars, dans son message à l'Assemblée fédérale, le Président russe a présenté de nouvelles armes russes sans précédent dont le système de missiles Sarmat, des drones sous-marins, et le système hypersonique Kinjal, un missile de croisière à propulsion nucléaire.

Poutine a souligné que la Russie ne menaçait personne et n'avait l'intention d'attaquer aucun pays, les nouvelles armes n'étant destinées qu'à « assurer la sécurité du pays ».

Lire aussi:

«Plus rien ne sera jamais comme avant pour l'immobilier après le coronavirus»
Les États-Unis, premières victimes du choc pétrolier?
Plus d'un million de personnes infectées par le coronavirus dans le monde
«Épidémie exceptionnelle»: le Covid-19 cause plus de 470 nouveaux décès en un jour en France
Tags:
frappe nucléaire, dissuasion, Bruce Blair, URSS
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook