Ecoutez Radio Sputnik
    Freedom (LCS 1)

    Des frégates de l'US Navy seraient comparées à un «tas d’ordures flottant»

    © AP Photo / Wong Maye-E
    Défense
    URL courte
    24841

    «L'US Navy a simplement reconnu que le navire littoral de combat est un tas d'ordures flottant», telle serait la conclusion de l’United States Naval Institute, commentant le programme américain de frégates légères furtives Littoral Combat Ship, relate le Task & Purpose.

    Les militaires américains auraient reconnu l'échec du programme américain de navires de guerre côtiers LCS (Littoral Combat Ship), lit-on dans le Task & Purpose, se référant à l'United States Naval Institute.

    Ainsi, selon le média, l'institut en question est parvenu à la conclusion qu'en 2018, les marins ne seraient en mesure de déployer rapidement aucun navire littoral.

    «L'US Navy a simplement reconnu que le navire littoral de combat est un tas d'ordures flottant», écrit le Task & Purpose.

    En raison des doutes sur l'efficacité des navires LCS, l'US Navy a réduit en 2014 sa commande de Littoral Combat Ship, les navires militaires déjà livrés se trouvant en maintenance.

    Parmi les problèmes du programme figurent une pénurie d'éléments du système de combat (en particulier des radars), des capacités limitées de protection contre les missiles antinavires, ainsi que l'absence de systèmes pour réduire les dommages au système de propulsion du navire.

    La classe de frégates légères furtives Littoral Combat Ship (LCS) est un programme en cours de développement depuis la fin des années 1990. Finalement deux types de LCS ont été développés, qui constituent deux classes de navires, la classe Freedom (LCS) et la classe Independence (LCS).

     

    Lire aussi:

    Les destroyers : colonne vertébrale des flottes modernes
    Washington et Ryad négocient des contrats d'armements pour plusieurs milliards
    Un navire de guerre US dernier cri coincé par les glaces lors de sa première mission
    Tags:
    marine, navires, US Navy, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik