Défense
URL courte
8461
S'abonner

L’avion Boeing E-8 JSTARS américain destiné à mener des missions de reconnaissance et à guider les tirs ne survivrait pas au premier jour de la guerre contre la Chine ou la Russie, d’après la ministre américaine de l’US Air Force Heather Wilson.

La Chine et la Russie peuvent abattre la version modernisée de l’avion Boeing E-8 Joint STARS, a déclaré la ministre américaine de l’US Air force Heather Wilson.

«Les systèmes russes sol-air ont une plus grande portée et l’avion sera ainsi abattu le premier jour de guerre», a estimé Mme Wilson citée par le site Defence News.

Développé sur la base du Boeing 707, l’avion de guerre électronique et de renseignement E-8 JSTARS (Joint Surveillance Target Attack Radar System) est équipé pour localiser les mouvements de véhicules adverses au sol afin de guider les forces alliées vers eux. Il peut rester en vol pendant 11 heures et détecter les cibles à une distance entre 50 et 250 km. L’avion a été régulièrement modernisé depuis son entrée en service pendant la guerre du Golfe en 1991.

La ministre a proposé de poursuivre la modernisation de cet appareil tout en créant un système alternatif de collecte de données qui comprendrait des drones, des avions et des satellites. Toutefois, ce projet coûtera beaucoup plus cher que le programme de modernisation.

«La question se pose de savoir si nous pouvons réaliser l’un et l’autre programmes – moderniser l’avion et mettre en place un système unifié de collecte de données. Je crois que c’est possible, mais il faudra augmenter le budget de 7 milliards de dollars», a noté Mme Wilson.

Lire aussi:

Policier tué à Avignon: ce que l'on sait du tireur
Le nombre de patients atteints du Covid-19 en réanimation en France continue de baisser
Le pass sanitaire français «ressemble beaucoup à ce que propose Davos, qui est la mise en place d’un système de traçage»
Étrange ballet d’objets lumineux dans le ciel d’Alger
Tags:
avion de reconnaissance, missiles sol-air, Boeing 707, Boeing E-8 JSTARS, Heather Wilson, Chine, Russie, États-Unis
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook