Ecoutez Radio Sputnik
    le porte-avions Admiral Kouznetsov

    Ces porte-avions redoutables qui règnent sur les mers de la Chine aux USA

    © Sputnik . Oleg Lastochkin
    Défense
    URL courte
    23375

    Signe de force, outil de dissuasion, assurance contre les nouvelles menaces… Les porte-avions sont des fleurons couronnant la Marine des grandes puissances militaires, mais aussi des objets de désir que certains, comme par exemple la Chine, se procurent activement. Découvrez avec Sputnik une liste de ces géants des mers.

    Récemment, la Chine a annoncé sa volonté de construire son troisième porte-avions, ce qui lui permettrait de «se transformer en puissance maritime de niveau mondial». Or, l'Empire du milieu n'est évidemment pas la seule à posséder des aérodromes flottants. Quels sont les porte-avions déjà en service qui équipent la Marine de la Russie, des États-Unis, de la France, de la Chine et de l'Inde? Tour d'horizon avec Sputnik.

    Chine, Liaoning

    La Chine, qui s'est longtemps cantonnée à des opérations côtières, est en passe de réaliser ses ambitions de devenir une puissance maritime. La Marine de ce pays possède à ce jour un seul porte-avions opérationnel, mais en développe deux autre. Le premier, baptisé Liaoning, a été acheté en 1998 à l'Ukraine et réaménagé en Chine la base du croiseur soviétique inachevé Variag.

    Un autre porte-avions, 100% chinois, a été mis à l'eau il y a une dizaine de jours pour des essais en mer. Encore sans nom, celui dont la construction a débuté en 2013 ne devrait pas entrer en service avant 2020. Le bâtiment à propulsion conventionnelle pourra emporter des avions de combat Shenyang J-15.

    Le troisième est aussi en cours de construction sur le chantier naval Shanghai Jiangnan Shipyard Group. Le navire devrait afficher un déplacement d'eau de 80.000 tonnes avec une capacité d'accueil de 40 avions, sans compter les hélicoptères et les drones. D'ici 2050, le gouvernement chinois s'est fixé pour objectif de «se transformer en puissance maritime de niveau mondial», ce qui suppose la construction d'au moins trois autres navires de cette classe.

    États-Unis, US Carl Vinson

    USS Carl Vinson
    © AP Photo / U.S. Navy/Mass Communication Specialist 2nd Class Z.A. Landers
    L'US Navy compte dix porte-avions opérationnels et prévoit d'en construire deux autres. Parmi eux, l'USS Carl Vinson (CVN-70), un porte-avions polyvalent à propulsion nucléaire, faisant partie de la classe Nimitz. Les navires de ce type se rangent parmi les plus grands du monde. Avec un propulseur composé de deux réacteurs nucléaires et quatre turbines, l'appareil est capable d'embarquer jusqu'aux 6.300 militaires et personnel de bord. Le coût du bateau s'élève à plus de 6,3 milliards de dollars alors que ses frais d'exploitation mensuels approchent les 13 millions de dollars.

    Russie, Admiral Kouznetsov

    Amiral Kouznetsov
    © Sputnik . Ministère russe de la Défense
    Fleuron de la marine russe, le porte-avions Admiral Kouznetsov de 55.000 tonnes est à ce jour l'unique vaisseau de ce type au service du pays. Il s'agit du plus grand navire de guerre de ce type construit en dehors des États-Unis. L'appareil a été mis à l'eau en 1985 et a donné nom à toute une classe de porte-avions. Il mesure 306 mètres de long pour 71 mètres de large.

    À l'heure actuelle, la Russie élabore un projet de porte-avions nucléaire polyvalent Chtorm. Son déplacement d'eau avoisinera les 95.000 tonnes avec des dimensions de longueur, de largeur et de tirant d'eau de 330x42x11 m respectivement. Le pont sera large de 85 m. Le système de propulsion principal pourra fonctionner avec du carburant organique ou autre en fonction des exigences du client, y compris mixte: nucléaire/turbine à gaz.

    France, Charles de Gaulle

    L'unique porte-avions français, le Charles de Gaulle, semble relativement petit en comparaison avec des géants américains. L'appareil mesure 261 mètres de longueur pour 75 mètres de hauteur et est en mesure d'embarquer 40 avions. Si la durée de sa mission en mer est limitée à une semaine, le porte-avions est en mesure d'assurer une centaine de sortie de l'aviation quotidiennement.

    Depuis février dernier, le Charles de Gaule subit à Toulon une vaste rénovation longue de 18 mois, qui doit redonner une seconde vie à ce bâtiment pour les 20 prochaines années. Mis en service en 2001, il avait déjà été immobilisé une première fois en 2007.

    Pour préparer l'avenir, la France va lancer des études sur le remplacement Charles de Gaulle, qui sera retiré du service à l'horizon 2040.

    Inde, INS Vikramaditya

    Le bâtiment a été construit par la marine soviétique et a servi en son sein entre 1987 à 1991 sous son nom originel, le Baku. De 1992 à 2004, le porte-avions a pris le nom d'Amiral Gorchkov et a servi dans l'armée russe. Le 29 janvier 2004, après des années de négociations, la Russie et l'Inde ont signé un accord pour sa vente. Le porte-avions a été cédé gratuitement mais l'Inde doit payer 947 millions de dollars pour les équipements du navire (plus 800 millions pour le moderniser). Depuis, l'appareil a été réaménagé. La première escadrille de l'aéronavale indienne équipant cet appareil a été déclarée opérationnelle le 11 mai 2013.

    Lire aussi:

    Pékin aurait fait un pas décisif vers un porte-avions nucléaire
    La taille compte: voici les géants du monde des porte-avions
    La Chine aurait mis en chantier un troisième porte-avions
    Tags:
    porte-avions, Liaoning (porte-avions), Admiral Kouznetsov (porte-avions), USS Carl Vinson (porte-avions), Charles de Gaulle (porte-avions), Vikramaditya, Chine, Inde, France, États-Unis, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik