Défense
URL courte
381444
S'abonner

Missiles de croisière, systèmes de défense antiaérienne, blindés, avions et autres hélicoptères – devenus trophées de guerre, ces armements sont rarement utilisés pour ce qu’ils sont. Ils sont le plus souvent confiés à des ingénieurs qui les décortiquent pour améliorer les armements nationaux. Voici des détails.

Généreux cadeau

Récemment, le directeur général du consortium russe Technologies radio-électroniques, Vladimir Mikheïev, a déclaré que les données obtenues à l’issue de l’examen d’un missile américain Tomahawk qui n’a pas explosé en Syrie seront prises en compte lors de la conception de nouveaux systèmes de lutte radio-électronique.

«Il est fort probable que des changements seront apportés aux composants électroniques des complexes russes actuellement en service», a déclaré à Sputnik l'expert militaire Alexeï Leonkov. Et d’expliquer qu’à propos des composants électroniques des versions modernes de Tomahawk il faut avant tout évoquer le système TERCOM de dernière génération et le système de détection des cibles. Leur examen aidera donc à élargir les capacités des systèmes de guerre électronique russes lors de la détection des missiles de ce type.

Tomahawk
© AFP 2020 US Navy
Tomahawk

Contrepoison radio-électronique

Le fait que des missiles de croisière navals américains se sont retrouvés entre les mains des experts russes est une «bonne occasion de se familiariser avec les derniers acquis des technologies américaines», confirme à son tour Mikhaïl Khodarionok, colonel de réserve ayant servi pendant de longues années au sein des troupes antiaériennes du pays.

Et de poursuivre qu’il est sans aucun doute intéressant pour les experts russes de voir comment sont organisés des systèmes de navigation et comment ils reçoivent les informations. «Certes, c’est un vrai cadeau pour les structures du secteur de l’industrie de la défense qui s’occupent du brouillage. On saura bientôt comment mettre hors service les systèmes de communication de Tomahawk lors des combats», a-t-il encore ajouté.

L’expert a en outre souligné que l’industrie de la défense possédait toute une série de technologies secrètes, dont certaines peuvent surpasser celles des forces russes. «Les réalisations des ingénieurs américains seront sans doute prises en compte lors de la conception et la modernisation ultérieures des armements russes, dont les missiles de croisière Kalibr», explique M.Khodarionok.

Fragments de missiles abattu en Syrie
© Photo / Ministère russe de la Défense
Fragments de missiles abattu en Syrie

En ce qui concerne les Américains, il est peu probable qu’après la fuite de ces technologies ils puissent apporter des changements considérables à leurs missiles, des milliers de Tomahawks équipant les forces armées de ce pays.

Chasse aux trophées

Pentagon
© Sputnik . David B. Gleason
Ce n’est pas la première fois que l’industrie de la défense du pays reçoit d’aussi généreux «cadeaux». Pendant la guerre du Vietnam, un avion est retourné sur l’aérodrome avec un missile de type air-air qui s’était planté dans son aile sans exploser. À l’époque, les constructeurs soviétiques éprouvaient des difficultés avec le test et la conception de l’ogive thermique autoguidée. Après avoir examiné le missile américain, les ingénieurs ont mené à bien le projet, rappelle le journaliste de Sputnik Nikolaï Protopopov.

Qui plus est, des opérations spéciales destinées à prendre possession d’armements de l’ennemi avaient été mises en place par le passé. Ainsi, en Afghanistan, les forces spéciales du Service de renseignement militaire de Russie (GRU) avaient obtenu plusieurs échantillons du lance-missile sol-air américain Stinger, arme ultra-moderne à l’époque. Les moudjahidines s’en servaient activement pour abattre les avions et hélicoptères soviétiques. Or, après avoir examiné les échantillons obtenus, les constructeurs soviétiques ont vite développé les moyens de lutte contre cette arme.

AN/TPQ-36
© Sputnik . Stringer
Des AN/TPQ-36 américains

L’un des derniers exemples en date est la saisie de véhicules militaires américains Hummer lors de l'opération visant à imposer la paix à la Géorgie en août 2008. Les experts russes ont reçu non seulement cinq véhicules tout-terrain, mais des 4x4 remplis d’équipements électroniques dernier cri et de moyens de communication radio cryptée.

Lire aussi:

Ces armes russes qui font de l’Algérie une puissance militaire régionale
Un homme battu à mort dans une cité de Marseille
Cette photo prise dans une unité Covid-19 devient virale
Dans l’affaire Adama Traoré, l’une des expertises dédouanant les gendarmes est annulée
Tags:
ingénieurs, technologies, défense, guerre, armements, FIM-92 Stinger, Hummer, Tomahawk, Afghanistan, URSS, Syrie, États-Unis, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook