Défense
URL courte
25710
S'abonner

L’arrêt du financement de la construction de nouvelles corvettes par les autorités ukrainiennes risque de placer la Marine de guerre nationale sur le «point de non-retour», selon le commandant de la Marine.

Le budget ukrainien n'a pas les moyens de construire la corvette du type Vladimir Veliki. Si des financements ne sont pas trouvés, les constructions navales militaires risquent de passer un «point de non-retour», a déclaré le commandant de la Marine de guerre ukrainienne, Igor Voronenko.

51 millions de dollars devaient être consacrés à la construction d'un navire de ce type, a-t-il précisé dans une interview à la chaîne de télévision Inshe.tv.

Tous les documents nécessaires ont été signés, mais il y a deux semaines, la Marine a reçu une lettre notifiant que l'État n'avait pas les moyens nécessaires pour la construction, a expliqué le responsable militaire.

Le commandant s'est alors adressé aux députés et au Président, qui essaient à présent de trouver un financement pour le projet.

«Si nous n'investissons pas les ressources financières nécessaires, nous passerons le point de non-retour. Or, il s'agit d'emplois, environ 9.000 ouvriers, près de 200 entreprises, et nos partenaires étrangers attendent que nous leur donnions le feu vert pour que nous poursuivions le financement», a-t-il déclaré.

La construction du premier navire du projet 58250 a commencé en 2011 et devait être achevée en l'espace d'un an. Cependant, les délais ont plusieurs fois été changés. L'année dernière, la mise à l'eau du premier navire était prévue pour 2022. Quatre corvettes de ce type devraient être construites.

Lire aussi:

L’Allemagne réagit aux menaces US contre le gazoduc Nord Stream 2
Trump menace de «fermer» les réseaux sociaux après le signalement de ses tweets
Alain Finkielkraut s’attaque à son tour à Didier Raoult
Une soirée avec de l'eau de Cologne comme apéritif tourne au drame en Tunisie
Tags:
navires, défense, financement, marine, Igor Voronenko, Ukraine
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook