Défense
URL courte
241178
S'abonner

Les États-Unis craignent que les complexes russes S-400 que la Turquie veut déployer sur son territoire ne menacent les armes de l’Otan, a déclaré le ministre turc de la Défense. Il a toutefois rassuré Washington sur le fait que ces systèmes ne présentent aucun risque

La résistance de Washington à l'acquisition de systèmes russes S-400 par la Turquie s'explique par ses préoccupations concernant les radars de ces complexes antiaériens, estime le ministre turc de la Défense, Nurettin Canikli, cité par l'agence turque Anadolu.

«Ils [les Américains, ndlr] s'inquiètent du fait que si les S-400 sont déployés en Turquie, ces radars pourront transmettre des données aux [chasseurs de cinquième génération, ndlr] F-35 et à d'autres techniques militaires de l'Otan», a-t-il déclaré à l'issue de la rencontre des ministres de la Défense des pays de l'Otan.

Selon lui, ces systèmes ne représentent aucune menace pour les États-Unis et l'Otan.

«Nous leur avons expliqué [aux sénateurs américains, ndlr] qu'il n'y a aucun risque ni menace, nous le leur avons garanti», a précisé M. Canikli.

Le ministre turc a ajouté que la Turquie ne renoncerait pas à l'achat des S-400.

Ankara envisage également l'acquisition d'une centaine de chasseurs américains F-35.

«La Turquie a accompli ses obligations en conformité avec ce projet. Nous avons versé un acompte de plus de 800 millions de dollars», a indiqué Nurettin Canikli, en précisant que le prix total de ces chasseurs excède 11 milliards de dollars.

Il a ajouté que la Turquie attend le respect de ce contrat par la partie américaine.

«C'est l'attitude [américaine, ndlr] qui nous a obligés à chercher une autre option pour l'acquisition des systèmes antiaériens [… ]Si une décision qui contredit le contrat sera prise sur F-35, nous devrons entreprendre des mesures et chercher une autre issue», a-t-il résumé.

Le 25 mai dernier, le Congrès des États-Unis a approuvé le projet de loi sur le budget annuel de défense prévoyant des restrictions sur les livraisons d'armements américains, y compris les chasseurs F-35, à la Turquie en réaction à l'achat de systèmes S-400 russes. Le ministre turc des Affaires étrangères, Mevlut Cavusoglu, a répondu qu'Ankara achèterait des chasseurs «ailleurs» si les États-Unis lui refusaient les F-35.

Le S-400 Triumph (code Otan: SA-21 Growler) est un système de missiles sol-air de grande et moyenne portée destiné à abattre tout type de cible aérienne: avions, drones et missiles de croisière hypersoniques. Le système est capable de tirer simultanément 72 missiles sur 36 cibles qu'il détecte à une distance de 600 km.

Lire aussi:

Ces bonnes habitudes à prendre pour perdre du poids, selon une nutritionniste
Didier Raoult interpelle l'OMS sur le remdesivir et en dénonce les effets secondaires
L’Égypte a besoin d’armes, la France répondra-t-elle présente?
Tags:
missiles sol-air, défense antiaérienne, S-400, OTAN, Turquie, États-Unis, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook