Ecoutez Radio Sputnik
    Char français Leclerc

    Paris et Berlin présentent leur «blindé hybride» du futur

    © AFP 2018 SALEH AL-OBEIDI
    Défense
    URL courte
    371460

    La coentreprise franco-allemande KNDS a dévoilé le blindé EMBT qui se compose d'un châssis basé sur le Leopard 2A7 et d'une tourelle du Leclerc. Le nouvel engin serait prêt à être commercialisé en 2030.

    Armata
    © Sputnik . Владимир Астапкович
    Après les fusils d'assaut HK416 et un futur avion de chasse officialisé récemment à Berlin, la France et l'Allemagne préparent un blindé sous le nom de code Euro Main Battle Tank (EMBT). Le projet est réalisé par la coentreprise KNDS créée en 2015 de la fusion de Krauss Maffei Wegmann (KMW) et Nexter, qui produit notamment les chars Leclerc, le canon Caesar et les blindés VBCI.

    Le char EMBT, qui se compose d'un châssis de l'allemand Leopard 2A7 et d'une tourelle du français Leclerc, a été dévoilé par la ministre des Armées Françoise Parly lors du salon Eurosatory organisé à Villepinte, près de Paris.

    Le projet a pour l'objectif principal de renouveler le parc européen qui compte actuellement 8.000 chars et 3.500 systèmes d'artillerie, selon une étude de KNDS. Cependant, d'après plusieurs observateurs, ce nouveau blindé européen serait également destiné à l'exportation.

    En février dernier, le PDG de Nexter et coprésident de KNDS Stéphane Mayer avait évoqué le futur engin lors d'une conférence de presse. Il a alors précisé qu'un prototype serait dévoilé en 2020, alors que sa production serait lancée en 2025. Les premières livraisons du char EMBT devraient être effectuées en 2030.

    Lire aussi:

    La France et l'Allemagne envisagent une production d'armes commune
    «Contenir» la Russie à l’aide de véhicules blindés allemands obsolètes?
    Israël équipera les chars US de ses systèmes de défense active
    Tags:
    coentreprise, véhicules blindés, char, Caesar, Leclerc (char), Euro Main Battle Tank (EMBT), Allemagne, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik