Ecoutez Radio Sputnik
    Comment l'infanterie de marine russe s'entraîne à débarquer

    Comment l'infanterie de marine russe s'entraîne à débarquer

    © Sputnik . Vitaly Ankov
    Défense
    URL courte
    2241

    Seule l'infanterie de marine est capable de parcourir des milliers de kilomètres et de débarquer en mer à bord d'un véhicule de transport des troupes ou de combat d'infanterie à plusieurs kilomètres de la côte.

    Les véhicules de plusieurs tonnes s'enfoncent l'un derrière l'autre dans l'eau salée et, sous la couverture de feu des mitrailleuses, s'élancent en file vers le littoral. Comment se déroulent les opérations de débarquement et que ressentent les fantassins de marine à l'intérieur des véhicules blindés?

    Les «visiteurs» de la mer

    Débarquer sur la côte est une opération militaire complexe. Le plan est élaboré à l'avance, mais il peut être modifié en cours de route.

    «Les fantassins de marine ne combattent presque jamais en solitaire, explique l'ancien commandant de la flotte du Nord Viatcheslav Popov. Toute activité au sol ou en mer est forcément appuyée par l'aviation. La côte est préalablement traitée par l'artillerie et l'aviation, et des navires de soutien se trouvent dans la zone de débarquement. Des groupes d'assaut débarquent forcément sur la côte, notamment par les airs.»

    © Sputnik . Vitaly Ankov

    Dans la zone des opérations, les fantassins de marine et le matériel sont projetés par de grands navires de débarquement. Grâce à leur tirant d'eau réduit, ces bâtiments peuvent se rapprocher au maximum de la côte et débarquer directement le matériel sur la plage par leur portail avant — ce dernier peut également être acheminé jusqu'à la côte par des pontons rétractables. Cependant, la situation opérationnelle ou le relief difficile ne permettent pas toujours aux marins de se rapprocher suffisamment du littoral. C'est alors que les véhicules de transport sont jetés directement dans la mer pour parcourir le reste du chemin en mode amphibie.

    «Cette méthode de débarquement est utilisée sur une côte non aménagée quand les navires de débarquement ne peuvent pas se rapprocher suffisamment pour des raisons de navigation. La distance à laquelle le matériel est largué est généralement comprise entre 500 et 1.000 mètres, mais dans certaines conditions elle peut être plus élevée. Sachant que l'infanterie de marine engage le combat alors qu'elle se trouve encore dans l'eau. L'ennemi oppose forcément résistance en tirant sur les cibles qui se rapprochent de la côte: les véhicules de transport, de combat d'infanterie et autres.»

    Le risque principal est que le véhicule, endommagé par le feu ennemi, coule avec l'équipage. C'est pourquoi les fantassins de marine s'entraînent à quitter le véhicule d'urgence, et c'est aussi ce qui explique pourquoi des navires de sauvetage sont toujours présents dans la zone des opérations.

    Le plongeon

    «Quand on plonge dans la mer depuis le navire, on éprouve des sentiments très controversés, déclare le fantassin de marine Rouslan Arkhidzianov, pilote d'un BTR-82A. Le plus important est de rester concentré et d'allumer tous les dispositifs à temps. L'action est dirigée par le chef de bord mais, évidemment, le niveau d'entraînement du pilote est également très important. Grâce à son propulseur, le BTR peut naviguer à 12 km/h. Le véhicule est contrôlé avec le volant grâce au volet du propulseur. Comme sur une vedette. Et une fois sur le sol, les roues se mettent en route.»

    Véhicules blindés 82А
    © Sputnik . Igor Zarembo
    Véhicules blindés 82А

    Rouslan Arkhidzianov a servi pendant près de 6 mois au sein du détachement de l'infanterie de marine de la flotte de la mer Noire stationné à Sébastopol. Il a déjà réalisé cinq débarquements réussis sur la côte à partir d'un grand navire de débarquement.

    «Nous avons été bien formés, il n'y a donc pas eu d'incidents ou d'épisodes dangereux. Il n'est pas arrivé non plus que quelqu'un perde son sang-froid ou ne remplisse pas ses fonctions. Certains gestes deviennent automatiques. On a peur, parfois, parce que la distance jusqu'au littoral peut être différente, et que la profondeur est importante. Mais nous avons de nouveaux véhicules modernes avec des systèmes d'assistance et de sauvetage», explique Rouslan Arkhidzianov. Originaire de Kazan, issu de l'école militaire Souvorov, il a l'intention d'intégrer un centre de formation militaire après son service et de lier sa vie à l'infanterie de marine.

    Maîtriser la côte

    L'infanterie de marine dispose actuellement de plusieurs véhicules amphibies capables de franchir des obstacles profonds. Il s'agit essentiellement de véhicules blindés de transport de troupes de différentes versions, dont les plus modernes sont les BTR-82A, munis d'une mitrailleuse de 30 mm 2A72 et d'une mitrailleuse Kalachnikov de 7,62 mm. Pour améliorer le contrôle en équipe, ces véhicules sont dotés de moyens de communication de 5e génération et d'un système avancé d'orientation topographique. Par rapport à ses prédécesseurs, le blindage du BTR-82A a été renforcé, son système anti-incendie a été amélioré et, surtout, ces véhicules sont plus confortables pour l'équipage grâce à l'air conditionné.

    © Sputnik . Sergei Piatakov

    Un navire de débarquement peut décharger les véhicules aussi bien par l'avant que par l'arrière. A quelques minutes du débarquement, les équipages démarrent les blindés en prenant leurs positions et ferment les trappes. La soute se remplit de gaz d'échappement, et la trappe supérieure de chargement reste ouverte pour que les fantassins de marine ne s'étouffent pas.

    La structure des grands navires de débarquement permet de larguer les véhicules même en cas de tempête force 4. Dans les conditions réelles, cela se déroule généralement sous les tirs nourris de l'ennemi depuis la côte pour empêcher le débarquement. Et la mission principale des tireurs des véhicules consiste à découvrir à temps depuis l'eau et à détruire les postes de tir et l'infanterie ennemie avec les armes du véhicule.

    «Si je vois un ennemi, j'en rends compte au chef du groupe qui prend la décision d'ouvrir le feu, explique le mitrailleur du BTR-82A Vitali Paiouk. Mais si je me fais tirer dessus, c'est considéré comme une agression directe et je peux riposter sans l'ordre de mon supérieur. La portée de tir du canon de 30 mm est de 4,5 km. Il est tout à fait possible d'atteindre la cible à cette distance — il faut viser un peu au-dessus de la cible. Nous utilisons des balles traçantes pour voir la direction du tir.»

    Le parc des bérets noirs inclut également du matériel plus lourd — des chars T-72 et T-80. Ils ne savent pas flotter, c'est pourquoi ils débarquent directement sur la côte où, avec leur puissant appui, l'infanterie de marine s'installe et nettoie les avant-postes pour poursuivre sa progression en profondeur.

    Spacieux et universel

    Parmi les grands navires de débarquement, la marine russe compte près de 20 navires du projet 1171 (comme le Nikolaï Filtchenkov) et du projet 775 (comme le César Kounikov). Les constructeurs navals russes ont commencé le développement et la construction de navires spéciaux pour le transport de matériel militaire et le débarquement des effectifs à la fin des années 1950. La construction du premier grand navire de débarquement du projet 1171 Voronejski Komsomolets a commencé en 1964 sur le chantier naval baltique Iantar.

    © Sputnik . Vitaly Ankov

    Le navire de débarquement le plus sophistiqué construit pour la marine russe est celui du projet 11711 Ivan Gren, qui entrera en service très prochainement. Le Gren peut accueillir plus de 300 hommes, 13 chars ou 40 véhicules blindés. Les navires de débarquement russes hissent régulièrement la croix de saint André pendant leurs périples lointains aux quatre coins du monde. En Méditerranée, ils font partie du groupe opérationnel permanent de la marine russe.

    Les navires de débarquement sont indispensables pour toute grande opération militaire. Ils ont été utilisés en Yougoslavie et en Géorgie, et ont joué un rôle important pendant la campagne russe en Syrie. Polyvalents, ces navires ne sont pas utilisés uniquement pour le débarquement. Ils servent souvent d'«arches» de sauvetage pour la population pacifique en plein conflit militaire. Ainsi, en 1986, des citoyens soviétiques ont été évacués du Yémen quand la guerre civile y a éclaté, tout comme au début des années 1990 l'ont été les effectifs de la base navale de Nokra en Ethiopie, et en 2008 les réfugiés de la zone du conflit abkhazo-géorgien.

    Lire aussi:

    Un grand navire de débarquement russe entre en mer du Nord
    Un navire de débarquement russe entre en Méditerranée
    La Chine construit sa première base militaire à l’étranger
    Tags:
    débarquement, véhicules blindés, infanterie, BTR-82A, Marine russe, Flotte russe du Nord, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik