Défense
URL courte
1278
S'abonner

Constatant la réduction de son potentiel militaire, le Royaume-Uni a décidé de la pallier en équipant son armée de maquettes gonflables de chars destinées à duper les ennemis potentiels.

Le Royaume-Uni veut se servir de chars gonflables aux dimensions de blindés réels afin de renforcer le «potentiel de désorientation» et ainsi compenser la pénurie de matériel de combat, annonce le quotidien The Times.

Le journal note que cette technologie « visant à tromper les systèmes de surveillance adverses» étant déjà utilisée par la Russie et les États-Unis, le Royaume-Uni veut s'en servir pour maintenir artificiellement à son niveau le potentiel militaire en réduction du pays.

Une étude sur les perspectives militaires du Royaume-Uni à l'horizon 2035 a montré que pour mener une guerre urbaine, le pays aura besoin d'un grand nombre de soldats, alors qu'actuellement les troupes régulières britanniques ne comptent que 77.000 militaires. Aussi, selon des experts, cette tactique de «duperie» est-elle réellement justifiée pour les armées aux effectifs réduits.

A part les maquettes de matériel militaire, l'armée britannique veut se servir également de génératrices de chaleur pour tromper les drones équipés de vision infrarouge, ainsi que de postes radio mobiles pour désinformer l'ennemi sur les positions des troupes.

En 2017, le ministère russe de la Défense a formé une unité unique à laquelle a été donné le nom de régiment gonflé. Les blindés, les canons d'artillerie, les systèmes de DCA et autre matériel gonflable de ce régiment sont capables d'induire en erreur tout matériel ennemi de surveillance et de reconnaissance.

Lire aussi:

L’essayiste Soral condamné à payer 134.400 euros à la Licra
La démission du Premier ministre «est une trahison collective des partis libanais», selon l’entourage de Macron
Vidéo des dernières secondes avant le crash de l’avion de transport militaire An-26
Nouvelle taxe sur les voitures: les automobilistes en sursis?
Tags:
troupes, maquette, char, Royaume-Uni
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook